Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par deux annonces d'acquisitions au profit de deux groupes européens dans le domaine des semi-conducteurs : Infineon et NXP. Infineon va racheter Cypress pour étoffer son catalogue de composants automobiles, industriels et IoT pour un montant de neuf milliards d'euros. Après l'échec de la fusion avec Qualcomm, NXP avait besoin de mettre la main sur des circuits de connexion Wi-Fi et Bluetooth. Pour sa part, le néerlandais NXP va racheter.l'activité en composants pour liaisons sans fil Bluetooth et Wi-Fi du fournisseur américain de circuits réseaux Marvell dans le cadre d'une transaction qui s'élèvera à 1,76 milliard de dollars, payés cash. Cette gamme de produits représente 550 salariés à travers le monde et pèse environ 300M$ de chiffre d'affaires annuel. 

L'actualité a continué de braquer son projecteur sur la guerre commerciale sino-américaine. Conséquence des mesures prises par l'administration Trump qui a inscrit sur liste noire certaines entreprises chinoises, notamment Huawei, avec des répercussions qui pourrait se faire sentir sur sa production de smartphones.  Foxconn, le sous-traitant taïwanais de produits électroniques qui assemble des smartphones pour de nombreux acteurs de ce secteur, y compris Apple et Xiaomi, aurait interrompu plusieurs chaînes de production de smartphones Huawei, selon des sources proches du dossier qui ne souhaitent pas être citées, affirme le quotidien de langue anglaise de Hong Kong, "South China Morning Post". Cependant, Huawei conteste ces affirmations.

En France, il faut noter une grande avancée en matière de propriété intellectuelle grâce à des mesures inscrites dans la loi Pacte. Dés juin 2020, l'instruction réalisée par l'INPI des demandes de brevets sera complétée d'un examen de leur activité inventive. Cela contribera à renforcer la valeur des brevets déposés par les PME et start-up. La loi Pacte, promulguée le 22 mai dernier, renforce le système français de propriété intellectuelle tout en garantissant sa plus grande adaptation aux besoins des PME et a l'ambition d'amener les brevets français à un niveau équivalent des pays industriels innovants tels que l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis et même l'Inde. Cette nécessité de renforcer et protéger l'innovation en France était indispensable compte tenu du nombre important d'échecs que rencontraient jusuqu'à présent les PME en cas d'arbitrage devant les tribunaux. 50% des affaires traitées se soldaient en effet par des échecs dus à la faiblesse des brevets déposés lorsqu'un opposant venait les contester.

Enfin, toute une série de statistiques ont été publiées dans le domaine des semi-conducteurs. La marché mondial des semi-conducteurs devrait chuter de 12,1% cette année selon le WSTS. Toutes les régions devraient enregistrer des ventes en diminution en 2019 mais l'Europe limiterait la casse par rapport au reste du monde, et en particulier, le marché français qui n'a reculé que de 0,6% au cours du premier trimestre 2019. En outre, malgré la récessione en semi-conducteurs, le marché de la distribution de ce type de produits a progressé de 8,4% au premier trimestre 2019 par rapport au 1er trimestre 2018 à 2,5 milliards d’euros, selon DMASS.

 

 

Publié dans Editos

Sur une base annuelle, les ventes de semi-conducteurs en avril ont diminué de 8% en Europe, mais de 10,7% en Asie-Pacifique, de 10,9% en Chine et au Japon et de 29,5% dans les Amériques !

Publié dans Conjoncture

Au cours du premier trimestre 2019, le marché français n'a reculé que de 0,6% (contre -2,2% en euros pour l'Europe et -16% en dollars pour le marché mondial). Il semble avoir été relativement protégé de certains aléas conjoncturels par sa structure propre, en particulier sa faible exposition au marché des mémoires.

Publié dans Conjoncture

Toutes les régions devraient enregistrer des ventes en diminution en 2019 mais le marché mondial des semi-conducteurs devrait se redresser en 2020, estime le WSTS.

Publié dans Conjoncture

IDC prévoit une baisse de 7,2% du chiffre d'affaires mondial des semi-conducteurs en 2019. Quant à IHS Markit, il avait révisé la semaine dernière ses estimations et validé une chute de 7,4% du marché, alors qu’il tablait encore sur une progression de 2,9% en décembre dernier.

Publié dans Conjoncture

La semaine dernière a été marquée par l'annonce par le gouvernement de la mise en oeuvre de la feuille de route 5G. Un enjeu stratégique pour l’industrie française, la compétitivité de notre économie, l’innovation et pour des services publics rénovés. Cette prochaine génération de réseau mobile promet un saut de performances technologiques par rapport à la 4G : débit 10 fois supérieur, latence divisée par 10, fiabilité accrue, connexion plus stable même en mobilité, capacité à connecter simultanément de très nombreux objets et meilleure efficacité énergétique.

A retenir également le bilan trimestriel établi par le WSTS pour le marché des semi-conducteurs. Les ventes mondiales se sont élevées à 96,8 milliards de dollars au premier trimestre 2019, en baisse de 15,5% par rapport au trimestre précédent et de 13% par rapport au premier trimestre 2018, selon les données publiées fin avril. Celles du mois de mars 2019 se sont établies à 32,3 milliards de dollars, en baisse de 1,8% par rapport au total du mois précédent et en baisse de 13% par rapport aux ventes de février 2018.

Parmi les indormations importantes de la semaine écoulée, notons également que l'Europe a décidé de lancer un programme stratégique dédié aux batteries qui bénéficiera d'un budget de 5 à 6 milliards d'euros répartis entre 1,2 milliard d'euros d'argent public au maximum et de l'ordre de 4 milliards d'euros environ d'argent privé.

Enfin, le technocampus d'Angers, la première plateforme d’accélération de l’industrie électronique du futur a été confirmée dans le cadre du Contrat stratégique de la filière électronique et Bpifrance a annoncé une prise de participation de 5,2% au capital de Valeo.

Publié dans Editos

Les ventes du mois de mars ont baissé de 13% par rapport à la même période de l'an passé et de 1,8% par rapport au mois précédent.

Publié dans Conjoncture

Le classement reste pratiquement inchangé par rapport à l'an passé, si ce n'est que Broadcom gagne une place passant de la 6è à la 5è place, au détriment de Qualcomm qui fait le chemin inverse. Mais surtout, STMicroelectronics gagne 3 places passant de la 11è à la 8è position avec une progression de 14,9% par rapport à 2017.

Publié dans Conjoncture

La semaine dernière a été marquée par la conclusion du rachat de Gemalto par Thales après 15 mois de démarches auprès de toutes les autorités compétentes. Grâce à cette acquisition réalisée pour 4,8 milliards d'euros, Thales porte son chiffre d’affaires à 19 milliards d’euros, sa R&D autofinancée à 1 milliard d’euros par an et ses effectifs à 80000 personnes réparties dans 68 pays. Ses compétences couvriront un très large champ d'applications, depuis les logiciels au traitement des données en passant par la connectivité, les réseaux et la prise de décision en temps réel.

Autre information essentielle à retenir dans l'actualité de la semaine passée, la baisse du marché mondial s'accentue fortement en semi-conducteurs selon les statistiques du WSTS. A l'échelle mondiale, les ventes de semi-conducteurs ont atteint 32,864 milliards de dollars, en baisse de 7,3% par rapport au mois précédent. Par rapport à février 2018, les ventes de semi-conducteurs accusent une baisse de 10,6%. Depuis le début de l'année, c'est-à-dire sur deux mois seulement, le repli est de de 12,3% au niveau mondial. Le marché européen des semi-conducteurs a, quant à lui, enregistré une baisse de 3% en dollars (mais une hausse de 3,4% en euros) par rapport à février 2018.

L'INPI a publié son palmares annuel des déposants de brevets en France. Plus de 1000 demandes de brevets ont été déposées par Valeo et PSA, Soitec est en tête du top 10 dans la catégorie ETI et Supergrid Institute domine le classement des déposants dans la catégorie PME. Parmi les 50 premiers déposants de brevets de l’édition 2018 du palmarès des déposants de brevets auprès de l’INPI, figurent les principaux groupes industriels français qui investissent dans l’innovation, mais aussi 12 organismes de recherche publique, 11 entreprises étrangères et 2 entreprises de taille intermédiaire.

Autre classement, celui des 50 premiers sous-traitants mondiaux en électronique en 2018 établi par la newsletter américaine MMI (Manufacturing Market Insider), avec la présence de quatre groupes français : Asteelflash (21è), All Circuits (44è), Eolane (45è) et Lacroix Electronics (46è).

Enfin, notons que Cap'Tronic a accompagné plus de 3300 entreprises en 2018, que Bosch Mondeville a été labellisé « Vitrine industrie du futur » et que Emitech a acquis EMC.

Publié dans Editos

Les industriels appellent à tripler les investissements fédéraux dans la recherche dédiée aux semi-conducteurs au cours des cinq prochaines années, passant d'environ 1,5 milliard de dollars à 5 milliards de dollars par an et à doubler le financement fédéral pour la recherche d'environ 20 à 40 milliards de dollars par an dans des domaines tels que les sciences des matériaux, l'informatique, l'ingénierie et les mathématiques appliquées.

Publié dans Vie de la profession
Page 1 sur 22

Composants
Barrette de diode laser pulsée de haute puissance Adaptées pour des conditions d’utilisation critiques grâce à leur dissipation thermique et une [...]
Pour communiquer sur vos produits,
alrouaud@newscoregie.fr - 01 75 60 28 61

Sondage express

Technologies émergentes
Parmi ces applications émergentes pour l'électronique, quelle est celle que vous estimez être la plus prometteuse pour l'électronique française ?

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter