Electroniques.biz

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19, et plus particulièrement de la stratégie globale de « déconfinement », la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) a été saisie d’une demande d’avis par le secrétaire d’Etat chargé du numérique. Celle-ci concerne l’éventuelle mise en œuvre de « StopCovid », une application de suivi de contacts dont le téléchargement et l’utilisation reposeraient sur une démarche volontaire.

Dans le contexte exceptionnel de gestion de crise, la Cnil estime le dispositif conforme au Règlement général sur la protection des données (RGPD) si certaines conditions sont respectées. Elle relève qu’un certain nombre de garanties sont apportées par le projet du gouvernement, notamment l’utilisation de pseudonymes. Elle appelle cependant à la vigilance et souligne que l’application ne peut être déployée que si son utilité est suffisamment avérée et si elle est intégrée dans une stratégie sanitaire globale. Elle demande certaines garanties supplémentaires. Elle insiste sur la nécessaire sécurité du dispositif, et fait des préconisations techniques. Elle demande à pouvoir se prononcer à nouveau après la tenue du débat au Parlement, afin d’examiner les modalités définitives de mise en œuvre du dispositif, s’il était décidé d’y recourir.

L’application StopCovid a pour objectif d’alerter les personnes l’ayant téléchargée du fait qu’elles ont été à proximité de personnes diagnostiquées positives au Covid-19 et disposant de la même application. L’application repose sur un usage volontaire, et permet la « recherche de contacts » (« contact tracing »), grâce à l’utilisation de la technologie « Bluetooth », sans recourir à une géolocalisation des individus. Il s’agit donc d’alerter les personnes, utilisant l’application et exposées au risque de contamination.

La Cnil précise que cela implique qu’il n’y ait pas de conséquence négative en cas de non-utilisation, en particulier pour l’accès aux tests et aux soins, mais également pour l’accès à certains services à la levée du confinement, tels que les transports en commun. En outre, la Cnil reconnaît qu’elle respecte le concept de protection des données dès la conception, car l’application utilise des pseudonymes et ne permettra pas de remontée de listes de personnes contaminées.

Cinov Numérique, syndicat des PME, TPE et indépendants du numérique, considère également que l’application StopCovid sera utile si elle fait partie d’un arsenal de mesures (tests, masques, distanciation) dans le cadre de la stratégie globale de déconfinement. Cependant, Alain Assouline, président de ce syndicat, appelle à un devoir de vigilance sur le respect de principes fondamentaux, autour des libertés individuelles.

Pour sa part, le Conseil national du numérique a rendu un avis favorable sur l’application StopCovid. Il considère qu'elle peut s’avérer utile dans la lutte contre la pandémie, en tant qu’élément d’une stratégie plus globale.  Une série de conditions doivent être assurées afin de garantir l’intérêt général et l'État de droit. Elles touchent à la confiance des citoyens, qui doit s’appuyer sur la transparence et l’indépendance du contrôle de l’application, ainsi que sa limitation dans le temps et la reconnaissance de son caractère exceptionnel.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par les prévisions de baisse de production des téléphones mobiles de l'ordre de 12% au premier trimstre 2020 par rapport à la même période de l'an passé, selon TrendForce. Le cabinet d'études mentionne plusieurs facteurs qui ont affecté négativement la production de smartphones ces dernières semaines : la nature à forte intensité de main-d'œuvre de l'industrie des smartphones ; le retard de la Chine dans la reprise du travail et le contrôle des déplacements de la population suite à l'épidémie de Coronavirus, et la diminution de la volonté d'achat de smartphones de la part du public. Avec 275 millions d'unités produites, le plus bas niveau de production de smartphones jamais atteint au premier trimestre sur les cinq dernières années serait atteint.

A noter également dans l'actualité de la semaine passée que Nokia s’associe au groupe Iliad pour déployer la 5G en France et en Italie, qu'un accord de partenariat entre la société d'investissement Kreaxi et le pôle de compétitivité Minalogic sur l'amorçage des start-up dédiées à l'industrie du futur a été signé, que l'annulation de l'édition 2020 du Mobile World Congress motivée par la préoccupation mondiale relative à l’épidémie de Coronavirus a été décidée par la GSMA et qu'une mise en demeure de la Cnil pour non-respect des dispositions relatives à la collecte des données de consommation a été notifiée à Engie et EDF.

Enfin, plusieurs sociétés ont publié leurs résultats, notamment ceux de Kerlink qui, après un net repli en 2019, espère renouer avec la croissance en 2020, et ceux de Lacroix Group qui envisage une croissance de 7% cette année.

Publié dans Editos

La Cnil a organisé des contrôles au sein de sociétés EDF et Engie afin de s’assurer de la conformité de ces dispositifs au RGPD. Les vérifications effectuées ont révélé que le niveau de conformité était insuffisant. 

Publié dans Vie de la profession

La Cnil devient la première instance de régulation européenne à sanctionner une grande plate-forme internet mondiale en utilisant les dispositions du nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD).

Publié dans Vie de la profession
22 janvier 2021
21 janvier 2021
20 janvier 2021
19 janvier 2021
18 janvier 2021

Embarqué
Adm21, nouveau SBC 3,.5” basé sur Intel Atom x7-E3950 Vecow , distribué par ADM21, vient de lancer le nouveau SBC ( single Board Computer ), EMBC-2000 [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99
Pour toute question, merci de nous contacter