Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par la levée des restrictions par la Chine pour les investissements étrangers dans l'automobile et l'aéronautique. Actuellement, les groupes étrangers qui investissent dans l’automobile en Chine ne peuvent pas posséder plus de 50% de leur filiale. Ce plafond sera supprimé dès cette année pour la production de véhicules électriques et hybrides. Même tolérance pour l’aéronautique et la construction navale. Un signal fort, dans le contexte de guerre commerciale avec les américains.

Le département américain du Commerce a notamment interdit aux sociétés américaines de vendre des composants à l'équipementier télécoms chinois ZTE pour une durée de sept ans pour avoir enfreint les termes des sanctions économiques imposées à l'Iran. A Pékin, le ministère chinois du Commerce a indiqué qu'il suivrait de près les développements de l'affaire et qu'il se tiendrait prêt à réagir pour protéger les intérêts des entreprises chinoises. De son côté, la Chine pourrait entraver l'acquisition de NXP par Qualcomm, a annoncé le ministère chinois du Commerce.

Nous avons également appris que Nokia avait décidé  de jeter l'éponge dans le domaine de la santé connectée. Le finlandais s’apprête en effet à se séparer de Withings, jeune société française installée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), spécialisée dans la santée connectée. Selon plusieurs sources concordantes, des entreprises françaises, européennes ainsi que Google et Samsung seraient candidats pour la reprise de Withings. Le repreneur devrait néanmoins débourser une somme bien inférieure aux 170 millions d’euros versés par Nokia en 2016.

Enfin, soulignons que les tensions sur les délais d'approvisionnement touchent maintenant les composants passifs. Elles perturbent la production de grands sous-traitants de Taïwan, avec des répercussions jusque dans les livraisons de certains de clients importants, et d’éventuelles hausses de prix sur le marché final, rapporte le quotidien en ligne taïwanais Digitimes.

Publié dans Editos

"L'acquisition pourrait avoir un impact majeur sur le marché et compromettre la concurrence", estime un représentant des autorités chinoises. Qualcomm pourrait aussi faire les frais de la guerre commerciale à laquelle se livrent la Chine et les Etats-Unis, lesquels ont imposé récemment un embargo à l'égard de la société chinoise ZTE.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par la fin de la bataille que se livrait Broadcom en vue de l'acquisition de Qualcomm suite au veto du président américain Donald Trump. Ce dernier a pris un décret en ce sens sur la base des recommandations du Comité américain sur les investissements étrangers (CFIUS) qui avait décidé début mars d'examiner cette fusion après avoir été saisi par Qualcomm qui s'opposait aux visées de son rival. Mais dans la foulée, c'est l'ex-directeur général de Qualcomm, Paul Jacobs, d'envisager le rachat du groupe. Il est en discussions avec plusieurs sociétés d'investissement, dont Vision Funds, le fonds créé par le conglomérat japonais SoftBank Group.

En France, le gouvernement a salué une "accélération" du rythme des embauches chez Nokia. Pourtant, fin février, un nouveau plan de 500 suppressions de postes était d'ores et déjà annoncé. Par ailleurs Nokia ne semble plus voir de potentiel significatif pour son pôle santé numérique constitué essentiellement de la start-up française Withings rachetée en 2016 pour 170 millions d'euros.

Après année 2017 en forte progression, 2018 se présente bien pour l'industrie des semi-conducteurs. Du moins si l'on en croît les prévisions d'investissements mondiaux en équipements dans les usines de semi-conducteurs qui devraient progresser de 9% cette année. Cependant, les fabricants pourraient devoir faire face à une augmentation du prix des tranches de silicium - wafers vierges qui alimentent les fabrications de semi-conducteurs - de l'ordre de 30% par rapport à 2017, selon Miin Wu, le président du fabricant de mémoires flash Macronix International, cité par notre confrère Digitimes. Les fabricants de diodes se préparent aussi à une forte hausse de la demande mondiale.

Enfin deux acquisitions sont à noter : TDK a racheté les capteurs ultrasoniques de Chirp, et dans le domaine de la photonique, Lumentum a acquis Oclaro pour 1,8 milliard de dollars.

 

Publié dans Editos

Si l'opération se concrétisait, Paul Jacobs réaliserait le plus important LBO (rachat d'entreprise avec effet de levier) de l'histoire. Il est en discussions avec plusieurs sociétés d'investissement, dont Vision Funds, le fonds créé par le conglomérat japonais SoftBank Group.

Publié dans Vie des entreprises

Cette décision met fin à la bataille que se livraient les deux groupes depuis plusieurs mois dans le cadre d'une opération qui, à 117 milliards de dollars, aurait été la plus importante du secteur.

Publié dans Vie des entreprises

Broadcom souhaite acheter l’américain Qualcomm pour 117 milliards de dollars (95 milliards d’euros) mais il se heurte pour l’instant au refus de sa cible et aux inquiétudes des autorités américaines concernant la sécurité nationale des Etats-Unis.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par l'annonce de suppressions d'emplois chez Airbus. Le groupe pourrait supprimer 3700 postes suite à la baisse de production de l'A380 et de l'A400M, sur les sites situés dans les pays fondateurs de l’entreprise : la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne.

A retenir également plusieurs études et statistiques sur le marché de l'électronique. Le marché des semi-conducteurs progresserait de 9,5% à 451 milliards de dollars en 2018 selon le WSTS, l'organisme mondial en charge des statistiques sur le marché des semi-conducteurs, en utilisant les chiffres réels (et non plus les prévisions) du quatrième trimestre 2017 ; 2018 démarre bien pour les ventes mondiales d’équipements de production de semi-conducteurs avec une production de 27,2% par rapport à janvier 2017 à 2,364 milliards de dollars ; enfin, les ventes mondiales de véhicules devraient continuer de progresser en 2018, mais à un rythme moindre de 1%, à 98 millions d'unités, a annoncé l'Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA).

Concernant l'actualité des entreprises, Alstom a acquis 21net, spécialiste de l’Internet embarqué, EDF a décidé de lancer deux appels à projets pour améliorer le confort dans l'habitat, et le Trésor américain a diligenté une enquête sur le projet d'acquisition de Qualcomm par Broadcom.

Publié dans Editos

Il demande à Qualcomm de reporter son Conseil d’administration prévu ce mardi, afin de lui laisser le temps d’enquêter sur ce projet de rachat.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par la suite de la saga Broadcom-Qualcomm NXP.  Qualcomm a relevé son offre sur NXP à 44 milliards de dollars afin de conclure l'acquisition. Ce qui n'a pas été du tout du goût de Broadcom qui a riposté en révisant son offre d'achat à la baisse sur Qualcomm. Broadcom estime en effet qu'en relevant le prix d'acquisition de NXP, Qualcomm a agi contre les intérêts de ses actionnaires. Nous pouvons donc en conclure que Broadcom ne pas garderait NXP au sein de la nouvel entitié s'il parvenait à ses fins.

A retenir également dans l'actualité de la semaine écoulée, une étude de IC Insignts qui évalue l'accroissement des dépenses de R&D des 10 premiers industriels du semi-conducteur à +6% en 2017. Intel surpasse largement les autres acteurs avec des dépenses de R&D de 13,1 milliards de dollars en 2017, soit 36% du top 10 des dépenses de R&D en semi-conducteurs et environ 22% des dépenses mondiales qui s'établissaient à 58,9 milliards de dollars en 2017. Les dix premiers acteurs en termes de dépenses de R&D ont consacré 35,9 milliards de dollars en 2017 à ce poste de dépenses.

L'actualité s'est aussi tournée du côté d'Orange qui a renoué avec la croissance en France. L'Hexagone représente toujours plus de 40 % des ventes de l'opérateur. Orange a connu une année de croissance en France pour la première fois depuis 2009, avec un chiffre d'affaires en hausse de 0,6 % à 18,05 milliards d'euros. A l'échelle de l'ensemble du groupe, le chiffre d'affaires annuel est en hausse de 0,4 % à 41,096 milliards d'euros et le bénéfice net a quasiment doublé, une fois mises de côté les recettes exceptionnelles. Stéphane Richard devrait être reconduit à la tête du groupe après le vote de l’Assemblée générale des actionnaires qui se tiendra le 4 mai prochain.

A retenir aussi, la publication des statistiques du marché français de la distribution de composants électroniques avec une progression de 9% en 2017 à 1,268 milliard d’euros, ainsi que deux levées de fonds importantes, en premier lieu celle de Prophesee (ex-Chronocam) qui a réuni 19 M$, et celle de MirSense qui a plus modestement levé 2 M€ pour son 1er tour de table auprès de XAnge et Supernova.

 

Publié dans Editos

Si jamais Qualcomm ne finalisait pas son projet de rapprochement avec NXP, Broadcom remettrait sur la table son offre initiale qui valorise sa cible à quelque 120 milliards de dollars hors dette. Cela montre que Broadcom n'est pas intéressé par l'acquisition de NXP.

Publié dans Vie des entreprises
5 juin 2020
4 juin 2020
3 juin 2020
2 juin 2020
29 mai 2020

Embarqué
KONTRON INTRODUIT UNE NOUVELLE FAMILLE DE MACRO-COMPOSANTS La société Kontron GmbH représentée en France par Steliau Technology introduit une nouvelle famille [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99
Pour toute question, merci de nous contacter
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido