Electroniques.biz

Le Japon a informé les Etats-Unis qu'il avait pour le moment écarté l’idée d’interdire les sociétés chinoises dans ses réseaux de télécommunications.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par l'actualité autour de la 5G, avec le processus d'enchères pour l'attribution des fréquences aux opérateurs qui a démarré le 29 septembre. Déjà labellisé "vitrine de l’industrie du futur", le site Schneider Electric du Vaudreuil, dans l'Eure, a été choisi pour tester les usages de la 5G industrielle avec Orange. Une première en France. Huawei aurait, quant à lui, choisi la banlieue de Strasbourg (Grand-Est) pour implanter sa plus grande usine hors de Chine. L'équipementier chinois est en discussion avec la région afin de trouver une implantation pour produire des antennes 5G. "C'est une usine qui va faire environ 60 000 m2 et devrait employer 300 personnes. Elle va fabriquer des composants électroniques permettant de développer des produits Huawei en Europe", a expliqué Jean Rottner, président de la Région, au micro de France Info.

A retenir également dans l'actualité de la semaine écoulée, la poursuite de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Le gouvernement américain considère que le fondeur chinois SMIC développe des applications militaires. La société basée à Shangai s’ajoute aux 24 autres sociétés chinoises bloquées par l’administration Trump en août dernier. Pris à leur propre jeu, c'est à l'initiative du gouvernement français qu'une acquisition d'une entreprise américaine a échoué la semaine passée. Teledyne a, en effet, rendu publique sa décision de retirer sa proposition de rachat du français Photonis. Cette ETI emploe environ 1 000 salariés et fournit des solutions de vision nocturne à l’armée française et fabrique également des instruments de détection pour des projets en lien avec la dissuasion nucléaire. Ce sont les conditions posées par le gouvernement français qui ont refroidi Teledyne. Il exigeait la prise d'une participation minoritaire dans Photonis par Bpifrance et des droits de veto concernant les opérations et la gestion des activités européennes de Photonis en France et aux Pays-Bas.

Enfin, notons le lancement d’un consortium pour accélérer l’intelligence artificielle dans l’imagerie médicale, l'acquisition par Total du plus grand réseau de points de charge pour véhicules électriques de Londres, l'inauguration par Axon' Câble d'une éco-usine connectée à Montmirail et d'une usine de composants GaN par NXP en Arizona.

 

Publié dans Editos

La semaine dernière a été marquée par l'annulation d'Electronica, l'une des plus importantes manifestations mondiales dédiées à la filière électronique. Cette décision est motivée par la crainte d'une absence trop importante de visiteurs, notamment américains et asiatiques. Une déclinaison virtuelle d'Electronica se tiendra à la place avec des conférences filmées, mais aussi des stands virtuels où les "exposants" pourront présenter leurs nouveautés produits.

A noter également dans l'actualité de la semaine écoulée, la création d’une co-entreprise entre PSA et Total, qui marque la naissance d’un acteur majeur de la production de batteries en Europe. Le centre de R&D à Bordeaux et le site pilote à Nersac, en France, sont déjà en phase de démarrage pour permettre la mise au point de nouvelles technologies de cellules lithium-ion de haute performance. A l’issue de cette phase de R&D, la production en série est prévue d’être lancée dans deux « GigaFactories », à Douvrin, près de Lens, où PSA dispose d'un site industriel, puis à Kaiserslautern en Allemagne (à moins de 90 km de la frontière française).

Autre événement important : les deux premiers fabricants sud-coréens de mémoires, Samsung Electronics et SK Hynix, ont récemment décidé d’arrêter de livrer Huawei en écrans, processeurs et mémoires, alors qu’ils ont réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires cumulé de 10 000 milliards de wons (7,3 milliards d’euros) auprès de l’équipementier chinois. LG a, lui aussi, décidé de ne plus livrer d'écrans à Huawei. Cette décision fait suite au renforcement des sanctions contre Huawei, décrété le 17 août par le département américain du Commerce, et met désormais en péril la fabrication de smartphones pour l'entreprise chinoise.

En matière de conjoncture, et après plusieurs mois de forte baisse, les ventes européennes de semi-conducteurs ont rebondi en juillet, et dans le domaine des aides à l'innovation,  un fonds d'investissement de 200 M€ pour l'innovation de défense a été lancé ainsi qu'un plan hydrogène de 7 milliards d'euros d'ici 2030 

Publié dans Editos

Cette décision fait suite au renforcement des sanctions contre Huawei, décrété le 17 août par le département américain du Commerce, et met désormais en péril la fabrication de smartphones pour l'entreprise chinoise.

Publié dans Vie des entreprises

Dans sa récente décision, rappelons que le Département américain du commerce a élargi l'interdiction de collaborer avec la Chine aux produits fabriqués à l'étranger, en ciblant les achats de semiconducteurs qui font appel aux technologies américaines, afin que celles-ci ne profitent pas à la Chine. 

Publié dans Vie de la profession

Les restrictions annoncées en mai empêchaient déjà des sociétés telles que TSMC de fabriquer et de fournir à Huawei des puces conçues par HiSilicon, une filiale de la société chinoise. Les nouvelles mesures américaines étendent désormais cette interdiction à tous les concepteurs de puces, comme MediaTek à Taiwan.

Publié dans Vie de la profession

Le département américain du Commerce autorise désormais la transmission à Huawei et ses filiales dans certaines technologies si elles contribuent “à la révision ou au développement d’un standard”. Elle fait suite à des inquiétudes exprimées par les industrieks américains des télécoms et des semi-conducteurs qui craignent de prendre du retard dans la définition des normes internationales.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par le lancement d'un plan de soutien public pour les entreprises technologiques durement touchées par la crise du Coronavirus, notamment les start-up, qui a pour but de stimuler la création et le financement de nouvelles sociétés, ainsi que de soutenir la demande et les actions de recrutement. Ce plan prévoit des mesures conjoncturelles de soutien public sous forme d’investissements, de prêts et d’aides afin que les entrepreneurs et ces entreprises puissent continuer à se lancer, croître et innover. En outre, l'Etat mobilise plusieurs dispositifs du Programme d'investissements d'avenir (PIA) pour appuyer la reprise économique. 550 millions d'euros vont être engagés pour soutenir la transformation de l'appareil productif et développer de nouvelles solutions pour l'industrie et la transition énergétique.

En matière de conjoncture, il faut noter une nette baisse des ventes européennes de semi-conducteurs en avril. Les ventes sur le marché européen se sont élevées à 3,112 milliards de dollars en avril 2020, en baisse de 7,1% par rapport à la même période de l'année précédente. Par rapport à mars 2020, le marché européen des semi-conducteurs a reculé de 7,6%, se montrant ainsi déjà affectées par la pandémie du Covid-19 à la différence du marché mondial qui, lui, a moins souffert en avril dernier. Les ventes mondiales de semi-conducteurs ont totalisé 34,4 milliards de dollars en avril, en baisse de seulement 1,2% par rapport au mois de mars, mais en hausse de 6,1% par rapport à avril 2019, selon les données du WSTS.

Compte tenu de la pression des Etats-Unis exercée sur ses fournisseurs de composants, Huawei a constitué une réserve de puces d'origine américaine pour subvenir à ses besoins durant 2 ans. Les efforts de stockage de Huawei se concentrent sur les processeurs fabriqués par Intel et AMD pour être utilisés dans les serveurs et sur les FPGA (puces programmables) de Xilinx, selon ces sources. Ce sont les "composants les plus essentiels" pour les activités de stations de base de l'entreprise et les activités émergentes dans le cloud. Huawei a également constitué un stock de mémoires flash Dram et Nand de Samsung, SK Hynix , Micron et Kioxia depuis l'année dernière.

Enfin, en France, le Snese (Syndicat national des entreprises de sous-traitance) demande plus de solidarité de la part des donneurs d'ordre. Les entreprises clientes, en particulier les plus grandes, sont aussi peu sensibles au respect des réglementations en vigueur qu’aux menaces du comité de crise, déplore-t-il.

 

Publié dans Editos

Ce stock est destiné à protéger l'essentiel de ses contrats, mais une solution à long terme demeure incertaine.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par les déclarations de deux dirigeants de grands groupes concernant la situation économique et ses retombées dues à la crise du Covod-19. Dans un courrier qu'il a fait parvenir à l’ensemble de ses salariés, vendredi 24 avril, le président exécutif d'Airbus, estime que la survie du groupe est en danger. Un aveu qui sonne comme une alerte non seulement pour les salariés de l'entreprise, mais aussi pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, notamment pour les centaines de sous-traitants présents en France.

Quant à Jean-Marc Chéry, P-dg de STMicroelectronics, il a défendu le maintien de l'activité à Crolles : "Si on avait fermé l’usine de Crolles à la mi-mars pour la rouvrir à la mi-mai comme certains le demandaient, cela nous aurait coûté 600 millions de dollars sans compter les pénalités qu’auraient exigées des clients pour non livraison de produits", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à L’Usine Nouvelle.

Outre de nouvelles recherches et de nouveaux développements pour contrer le Covid-19 (solution d’autotest de dépistage sur smartphone développée par Sanofi et Luminostics, solution de décontamination en intérieur de Delta-Drone, éclairage Led intelligent permettant de lutter contre le Covid-19 dans les bâtiments professionnels proposé par EAS Solutions, développement d'un respirateur artificiel soutenu par le ministère des Armées), il faut également noter le partenariat entre Huawei et STMicroelectronics. L'objectif des deux entreprises est de co-concevoir des puces pour mobiles et pour l'automobile afin de permettre à la société chinoise de se protéger contre un probable durcissement des restrictions américaines à l'exportation.

Enfin, dans l'actualité des entreprises, il faut retenir l'achat de Showa Optronics par Kyocera, le lancement d'un site internet dédié à l'innovation par Murata et la mise en liquidation judiciaire de la start-up Wistiki spécialisée dans les porte-clés connectés.

Publié dans Editos
Page 1 sur 4

Composants
Barrette de diode laser pulsée de haute puissance Adaptées pour des conditions d’utilisation critiques grâce à leur dissipation thermique et une [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter
04/05/2021 - 06/05/2021
SMTconnect
04/05/2021 - 06/05/2021
PCIM Europe
01/06/2021 - 03/06/2021
JEC World 2021
28/06/2021 - 01/07/2021
MWC Barcelona