Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par les déclarations de deux dirigeants de grands groupes concernant la situation économique et ses retombées dues à la crise du Covod-19. Dans un courrier qu'il a fait parvenir à l’ensemble de ses salariés, vendredi 24 avril, le président exécutif d'Airbus, estime que la survie du groupe est en danger. Un aveu qui sonne comme une alerte non seulement pour les salariés de l'entreprise, mais aussi pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, notamment pour les centaines de sous-traitants présents en France.

Quant à Jean-Marc Chéry, P-dg de STMicroelectronics, il a défendu le maintien de l'activité à Crolles : "Si on avait fermé l’usine de Crolles à la mi-mars pour la rouvrir à la mi-mai comme certains le demandaient, cela nous aurait coûté 600 millions de dollars sans compter les pénalités qu’auraient exigées des clients pour non livraison de produits", a-t-il déclaré dans un entretien accordé à L’Usine Nouvelle.

Outre de nouvelles recherches et de nouveaux développements pour contrer le Covid-19 (solution d’autotest de dépistage sur smartphone développée par Sanofi et Luminostics, solution de décontamination en intérieur de Delta-Drone, éclairage Led intelligent permettant de lutter contre le Covid-19 dans les bâtiments professionnels proposé par EAS Solutions, développement d'un respirateur artificiel soutenu par le ministère des Armées), il faut également noter le partenariat entre Huawei et STMicroelectronics. L'objectif des deux entreprises est de co-concevoir des puces pour mobiles et pour l'automobile afin de permettre à la société chinoise de se protéger contre un probable durcissement des restrictions américaines à l'exportation.

Enfin, dans l'actualité des entreprises, il faut retenir l'achat de Showa Optronics par Kyocera, le lancement d'un site internet dédié à l'innovation par Murata et la mise en liquidation judiciaire de la start-up Wistiki spécialisée dans les porte-clés connectés.

Publié dans Editos

Le projet MakAir - un respirateur artificiel simplifié - figurait parmi plus de 2550 propositions à l’appel à projets de solutions innovantes, lancé par le ministère des Armées le 19 mars 2020, pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Ce projet disposera d’un financement de l’AID d’un montant de 426 000 euros. 

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par une reprise perceptible de l'activité économique, avec notamment un redémarrage des usines automobiles françaises. Renault a annoncé la reprise de sa production automobile en France, au lendemain d'une réouverture d'usine chez Toyota, confirmant le redémarrage progressif du secteur après plus d'un mois de pause forcée en raison de l'épidémie de Covid-19. Quant au groupe PSA, il a indiqué être prêt également, mais il attend la réouverture des concessions afin d'éviter d'accumuler des stocks coûteux. 

Les publications de résultats en pleine crise du Covid-19 ont eu lieu comme prévu. STMicroelectronics a fait état d'un chiffre d'affaires de 2,23 milliards de dollars au premier trimestre 2020, en hausse annuelle de 7,5%, pour un bénéfice net de 192M$ (+7,9%). Pour le deuxième trimestre 2020, la société espère un chiffre d'affaires avoisinant les 2 milliards de dollars (contre 2,173 milliards de dollars un an plus tôt), ses ventes étant logiquement impactées par la chûte du marché de l'automobile et par des difficultés logistiques liées à la pandémie. A retenir également une nette croissance du chiffre d'affaires de Soitec au cours de son exercice 2019-2020. Il a atteint 204 M€ au 4è trimestre de l'exercice fiscal 2019-2020, en hausse de 45% par rapport au 4è trimestre 2018-2019, et 598 M€ pour l'ensemble de l'exercice, en hausse de 35%.

La recherche de solutions pour contrer l'épidémie du Covid-19 s'est poursuivie avec plusieurs annonces intéressantes la semaine passée. Le CEA a conçu deux dispositifs d’assistance respiratoire d’urgence et les a mis à la disposition des industriels. Quant à Ludovic Le Moan, P-dg de Sigfox, il a mis en garde contre Google et Apple et a prôné l'utilisation d'un bracelet indépendant du smartphone plutôt qu'une application de tracking. D'autres solutions avaient été proposées précédemment par divers industriels et rien n'est exclu, indiquent les pouvoirs publics. Parmi elles, citons celle défendue par l'opérateur Orange qui fournit les données de géolocalisation anonymisées de ses abonnés à l'Inserm, et s'est associé à cinq sociétés françaises (Dassault Systèmes, Capgemini, Sopra Steria, SIA Partners et Accenture) pour concevoir une application de tracking qui fonctionne en Bluetooth. Cette solution serait déjà prête à être testée et plusieurs régions auraient été démarchées en ce sens.

Publié dans Editos

Sur les 10 000 respirateurs fournis par Air Liquide, 8500 ne s'avèrent être que des "ventilateurs de transport légers et simples d’utilisation", selon la fiche produits d'Air Liquide. Ce sont des appareils que l’on utilise dans les ambulances et non en salle de réanimation. "Il s’agissait de la meilleure solution disponible pour garantir la capacité à armer des lits, dans une situation d'urgence", se défend le gouvernement.

Publié dans Vie de la profession

La semaine dernière a été marquée par la recherche de solutions et par les implications du Coronavirus sur l'économie en général et sur l'industrie électronique en particulier. Savoir se prémunir sera un impératif lors du déconfinement progressif envisagé pour le 11 mai par le président de la République. Et pourquoi pas via les technolgies du numérique ? La plate-forme PEPP-PT (Pan European Privacy Preserving Proximity Tracing) a ainsi pour ambition de proposer des technologies et des standards pour une approche de suivi numérique des contacts de proximité ("contact tracing") fondée sur le consentement, l’anonymat et le respect de la vie privée. L'Inria est l'un des membres fondateurs de PEPP-PT, un projet européen regroupant plusieurs organisations scientifiques de premier plan, dont la Fraunhofer Gesellschaft, l'EPFL, l'ETHZ, etc. Plus de 130 scientifiques de haut niveau en provenance de huit pays y participent. 

Afin de prendre en charge les malades, la filière électronique a été mandatée par le gouvernement pour permettre à Air Liquide Medical Systems (ALMS) de fabriquer 10 000 respirateurs d'ici la fin mai. Le Snese, organisation professionnelle représentant les sous-traitants d'équipements électroniques, apporte sa contribution à la fabrication d’appareils indispensables à la lutte contre le Covid-19 en mettant à la disposition de ALMS et de certains de ses partenaires son service Net Tronic’S qui permet de valoriser les stocks de composants pour des besoins d’urgence et de dépannage.

La Fieec, de son côté, appelle au respect des délais de paiement et à la solidarité entre les entreprises de la filière électronique. "Face aux conséquences économiques de la crise sanitaire du Covid-19, la solidarité entre les entreprises d’une même filière, à commencer par le respect des délais de paiement, sera un facteur essentiel de résilience. (...) Nous recommandons aux entreprises en difficulté sur le paiement de leurs échéances d'utiliser tous les moyens et services mis en place par les pouvoirs publics, afin de ne pas pénaliser les autres acteurs de leur filière", recommande la fédération dans un communiqué.

Dans le reste de l'actualité, notons la publication des statistiques des ventes de semi-conducteurs en février qui montrent une bonne résistance pour l'Europe, puisqu'elle a affiché une hausse de 2,4% par rapport au mois précédent, alors que la Chine, premier foyer historique du Covid-19, était affectée par une chute de 7,5%. Les statistiques du mois de mars, qui seront connues début mai, devraient être être moins favorables pour l'Europe avec l'instauration de politiques de confinement dans la plupart des pays, à l'instar du marché de l'automobile qui est l'un des principaux débouchés pour l'industrie des semi-conducteurs et dont on dispose déjà des statistiques du mois de mars pour la France, à savoir une baisse vertigineuse de 72,2% 

 

Publié dans Editos

A Toulouse, une équipe du Cnes a conçu des diviseurs de flux (tubes en Y) qui permettent de brancher deux, voire trois patients ayant des caractéristiques compatibles sur un même respirateur.

Publié dans Vie des entreprises

La semaine dernière a été marquée par l'appel de dix organisations professionnelles de l'industrie des semi-conducteurs (dont l'Esia en Europe) à considérer l'industrie des semi-conducteurs comme une activité essentielle au reste de l'économie mondiale et à permettre la continuité des opérations de cette industrie dont dépend le développement de l'industrie numérique mondiale et d'autres secteurs vitaux de l'économie. En contrepartie, l'industrie des semi-conducteurs s'est engagée à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la santé et la sécurité de ses salariés et à utiliser ses technologies essentielles pour aider à combattre la pandémie mondiale du Covid-19.

La filière électronique se déclare mobilisée contre cette pandémie à l'instar de cette initiative lancée par plusieurs industriels qui consiste à accélérer la fabrication de respirateurs. Ce groupement d'industriels français, piloté par Air Liquide, devrait fournir 10000 respirateurs en 50 jours, de début avril à mi-mai. Pour cela, Air Liquide, s'est entouré du groupe PSA, de Schneider Electric et de Valeo qui ont mis en place un groupe de travail d'une trentaine d’experts en achats et industrialisation. Ce défi industriel fera également appel à la contribution exceptionnelle de 100 entreprises partenaires pour assurer la fourniture des 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux.

A noter également dans l'actualité de la semaine écoulée, la publication de la feuille de route européenne sur les batteries fu futur. Elle met en avant trois axes à suivre pour réussir le développement des batteries de prochaines générations tels que les matériaux et interfaces, les nouvelles fonctions dans les cellules ou encore le recyclage.

Enfin, concernant l'actualité des entreprises, il faut retenir l'investissement de NXP dans Kalray à hauteur de 8 M€, le partenariat entre Facebook et Plessey, spécialiste des afficheurs microLed, la faillite de OneWeb qui comptait lancer une constellation de connectivité internet de 648 satellites d'ici 2021, et la création d'une société commune Sharp-Nec  spécialisée dans les dispositifs d'affichage professionnels.

Publié dans Editos

Ce défi industriel fera également appel à la contribution exceptionnelle de 100 entreprises partenaires pour assurer la fourniture des 300 composants essentiels à la fabrication de ces équipements médicaux. 

Publié dans Vie des entreprises

Composants
LED UV Toujours plus d’applications pour la LED UV Avec des performances qui ne cessent de s’améliorer [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter
04/05/2021 - 06/05/2021
SMTconnect
04/05/2021 - 06/05/2021
PCIM Europe
01/06/2021 - 03/06/2021
JEC World 2021
28/06/2021 - 01/07/2021
MWC Barcelona