Electroniques.biz

Ce glossaire vous permettra de découvrir la définition des termes les plus couramment rencontrés dans l'univers de notre magazine. Nous vous invitons à nous aider à l'améliorer.

Il y a 483 termes dans ce lexique.
Chercher des termes du glossaire
Commence par Contient Terme exact Se prononce comme
0-9 Tout A B C D E F G H I J L M N O P Q R S T U V W X Z
Terme Définition
Bops

Billion of operations per second, en français “ milliard d’opérations par seconde ”. Cette unité, encore appelée Gops, permet de mesurer, plus précisément que les Mips (millions d’instructions par seconde), la puissance de calcul d’un DSP. Elle concerne en effet la réalisation d’opérations de calcul (multiplication, multiplication avec accumulation…) alors que les Mips se réfèrent uniquement à l’exécution d’instructions, plusieurs pouvant être nécessaires au lancement d’une opération.

Boucle locale

Nom traditionnellement donné aux liaisons de télécommunications reliant l’abonné, qu’il soit résidentiel ou professionnel, au premier commutateur téléphonique du réseau de l’opérateur. La boucle locale peut être fixe (lorsque le terminal de l’abonné est inamovible) ou semi-mobile, filaire (liaisons xDSL, réseau câblé) ou radio (liaisons hyperfréquences LMDS, technologies cellulaires, etc.).

BSP

Board Support Package: utilisée depuis 1988 (et l'exécutif temps réel VRTX) dans le monde de l'embarqué, l'expression BSP désigne l'ensemble du code logiciel de bas niveau spécifique à une carte et à un système d'exploitation donnés. Le BSP contient notamment le logiciel d'amorçage nécessaire au chargement et au lancement de l'OS ainsi qu'un jeu complet de pilotes pour les composants présents sur la carte.

Bus IEEE1394

Encore appelé FireWire ou I-Link, le bus IEEE1394 est un bus série capable de transmettre des données de façon asynchrone et isochrone avec un débit utile très proche du débit nominal. Simple dans sa conception (paire torsadée) et dans son utilisation (plug and play à chaud), il fournit dans sa version actuelle des débits de 400 Mbit/s. La version B, adaptée à divers supports physiques, permet de passer à 800 Mbit/s et 1,6 Gbit/s, 3,2 Gbit/s est prévu.

Bytecode Java

Code intermédiaire dont le format a été défini par Sun et dans lequel est traduit le code source d’une application écrite en langage Java après passage dans le compilateur Java. Il est indépendant des plates-formes où l’application Java est destinée à fonctionner, mais son exécution nécessite son interprétation préalable par une machine virtuelle Java enfouie sur la plate-forme concernée.

Cœur de processeur logiciel

Elément central d’un processeur (ou de tout autre circuit électronique complexe), un cœur se présente en général sous forme d’un ensemble de spécifications permettant son intégration dans un circuit intégré en même temps que d’autres fonctions complémentaires, l’ensemble formant très souvent un circuit dédié. A la différence des cœurs matériels, dont il existe des représentations physiques optimisées pour une technologie donnée, un cœur logiciel n’existe que sous forme d’un fichier informatique écrit en langage de description de haut niveau. De ce fait, il est en théorie complètement indépendant de la technologie cible.

Cœur synthétisable

Dans un cœur synthétisable, la conception du processeur est fournie en langage de description de haut niveau (typiquement VHDL ou Verilog). Il est donc indépendant de la technologie et peut s’insérer dans des conceptions existantes.

Caloduc

Le caloduc est un composant passif relativement ancien dont le fonctionnement consiste à faire évaporer un liquide dans la zone à refroidir, transférer la vapeur dans la zone froide où elle se condense pour retourner ensuite en version liquide à son point de départ. La vitesse de déplacement de la vapeur étant sans commune mesure avec celle des calories dans un métal, le caloduc permet de transporter rapidement les calories à dissiper vers un emplacement où leur évacuation est plus aisée.

Caloduc 2

Le caloduc est un moyen extrêmement efficace d’évacuer la chaleur par la circulation en vase clos d’un liquide, qu’il s’agisse de transporter la chaleur dans un espace plus favorable à la dissipation ou de la répartir sur une grande surface pour éviter les points chauds. Le liquide s’évapore dans la partie du caloduc située face aux composants à refroidir. Cette vapeur en atteignant la zone d’échange thermique avec l’extérieur se liquéfie et retourne, le plus souvent par capillarité, (par de petits canaux microscopiques ou les alvéoles d’une mousse) vers la zone des composants à refroidir. Le transfert thermique est ainsi beaucoup plus rapide que par simple conduction dans un métal.

CAM

Content Adressable Memory. Une CAM, aussi appelée mémoire associative, est exactement l’inverse d’une Ram : elle retrouve une adresse ou une localisation à partir d’une donnée. En outre, alors que les Ram fonctionnent de manière séquentielle, la CAM fonctionne en parallèle ; elle est donc beaucoup plus rapide.

CAN

Controller Area Network. Ensemble de protocoles (selon le modèle ISO/OSI) de communication développé début 1980 par Bosch pour faire communiquer plusieurs calculateurs embarqués dans une voiture. Les spécifications de la version 2.0 (protocole étendu) datent de 1991 et se divisent en deux parties : 2.0A (identificateur sur 11 bits), et 2.0B (identificateur sur 29 bits). Seules les couches 0, 1 et 2 ont été normalisées. Les spécifications correspondantes figurent dans les documents ISO 11898 (jusqu’à 125 kbit/s) et ISO 11519 (de 125 kbit/s à 1 Mbit/s).

CCFL

Cold Cathode Fluorescent Lamp. Lampe fluorescente dans laquelle la cathode n’est pas chauffée contrairement à ce qui se passe dans les tubes fluorescents classiques. Il en ressort une consommation réduite et un rendement plus élevé. La durée de vie est de l’ordre de 40000 heures.

CCGA

Ceramique Colomn Grid Array. Par opposition aux BGA ou boîtiers à billes, les connexions sont réalisées par des “ colonnes ” en céramique.

CDMA

Code Division Multiple Access (accès multiple par répartition de codes en français). Méthode d’accès multiple qui repose sur le principe de l’étalement de spectre. Elle permet à plusieurs utilisateurs de partager la même bande de fréquences. La distinction entre les différents utilisateurs s’effectue grâce à un code unique qui est attribué à chacun et connu exclusivement par l’émetteur et le récepteur. Le CDMA est à la base du standard américain de radiocommunication cellulaire de deuxième génération (IS-95 ou cdmaOne). Il est aussi le mode d’accès retenu pour le réseau radio de l’UMTS

CELP

Code Excited Linear Prediction : Technique de compression de la parole basée, tant au codage qu’au décodage, sur un modèle de synthèse. Elle consiste à modéliser le signal à transmettre à partir d’un dictionnaire de formes d’ondes. Parmi les nombreuses normes qui font appel à cette technique de base, on peut citer les codeurs GSM plein débit et demi débit, les codeurs UIT G.729 (8 kbit/s), G.723.1 (5,3 et 6,3 kbit/s) et G.728 (16 kbit/s). Le codage CELP est bien adapté à des débits compris entre 4,8 et 16 kbit/s.

Glossary 2.8 uses technologies including PHP and SQL

Composants
Connect Core 6 UL - Digi Elaboré sur le processeur d'application NXP i.MX6UL, le Connect Core 6 UL est le moteur de communication [...]
Pour communiquer sur vos produits,
al.rouaud@electroniques.biz - 01.53.90.17.15

Sondage express

Technologies émergentes
Parmi ces applications émergentes pour l'électronique, quelle est celle que vous estimez être la plus prometteuse pour l'électronique française ?

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter