Electroniques.biz

La semaine dernière a été marquée par la publication d'un rapport de la GSMA intitulé "The Mobile Economy 2019", qui revient sur le prochain essor de la 5G et sur les perspectives offertes par ce marché naissant. Entre 2018 et 2025, le nombre des connexions IoT triplera à 25 milliards dans le monde, alors que les revenus générés par l'IoT devraient quadrupler à 1100 milliards de dollars. Avec une connectivité devenant plus banalisée, les opérateurs mobiles chercheront à élargir leur rôle dans la chaîne de valeur en fournissant des outils essentiels et des capacités pour les partenaires de l'écosystème pour construire les solutions IoT et pour devenir founisseur de solutions IoT de bout en bout.

Lors de l’examen du projet de loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire, le Sénat a adopté une série d’amendements visant à inscrire l’obligation de « réparabilité » des appareils électroniques. « Ces amendements visent à interdire les techniques employées par certains fabricants pour programmer l’obsolescence des biens qu’ils fournissent. Par exemple, les smartphones, ordinateurs ou tablettes, sont parfois conçus avec des composants collés ou soudés qui empêchent toute réparation, même par des professionnels. Ces amendements visent à faire respecter le droit à la réparation en interdisant les pratiques visant à la rendre impossible », a exposé le sénateur écologiste Joël Labbé, rapporte le site Internet de Public Sénat.

A noter également dans l'actualité de la semaine passée, l'annonce des lauréats des trophées Cap'Tronic 2019. Fasteesh, Lacaraf, Mainbot, Ose Group et Tihive sont les cinq sociétés lauréates de l'édition 2019 qui ont été dévoilés le 25 septembre dernier, dans le cadre du Forum de l'électronique. Retenons aussi que We Network et l’Iftec ont annoncé un accord de partenariat au sein du Technocampus Electronique d’Angers, ainsi que le coup d'envoi de la constellation d'Eutelsat qui devrait compter, d’ici trois ans, 25 nanosatellites. Baptisée ELO, elle cible le marché de l’Internet des objets afin de saisir les opportunités offertes par le marché de l’IoT dès 2020.

Publié dans Editos

Baptisée ELO, cette constellation devrait compter d’ici trois ans 25 nanosatellites. Le lancement d’un satellite de démonstration devrait avoir lieu en début d’année prochaine. Les quatre premiers satellites opérationnels de la constellation seront développés sous la maîtrise d’œuvre de Loft Orbital et Clyde Space.

Publié dans Vie des entreprises

L’essor de l’Internet des objets s’accompagne de nouveaux services dans les secteurs les plus variés, voire inattendus. Pour explorer ces nouveaux territoires, Eutelsat Communications compte lancer en 2019 un nano-satellite baptisé ELO (Eutelsat LEO for Objects). Sa mission consistera à évaluer les performances d’un satellite en orbite basse (rappelons que LEO est l’acronyme de «low Earth orbit») pour l’échange de données à bas débit avec des objets répartis sur Terre. Pour ce faire, l’opérateur européen s’appuiera sur la technologie de Sigfox, une société dont il est justement actionnaire.

Selon Eutelsat, l’orbite basse se révèle bien adaptée à la connectivité bas débit des objets, car elle offre un lien satellite disponible en tout point du globe, en complément des réseaux IoT terrestres, et ce sans impact ni sur le coût ni sur la consommation énergétique des objets. ELO sera ainsi à même de rapatrier des informations concernant des objets situés dans les zones non desservies par les réseaux terrestres, tout en offrant une redondance sur la couverture terrestre existante. Sigfox interviendra comme partenaire à deux niveaux : pour l’analyse du spectre utilisé par le satellite dans les bandes de fréquence ISM d’une part, pour le traitement des données relatives aux objets d’autre part. ELO permettra également de tester la connectivité dans d’autres bandes de fréquence.

Ce choix d’une constellation en orbite basse pour l’Internet des objets est intéressant. Il tranche avec la position de l’opérateur concernant l’Internet à haut débit par satellites, domaine dans lequel il estime que, pour des raisons de viabilité du modèle économique, seuls les satellites géostationnaires ont un réel avenir.

Publié dans Editos

Composants
Diodes Laser Continues Nos diodes laser CW offrent modularité sur une large plage spectrale. Disponibles de 405 nm à 1610 [...]
Pour communiquer sur vos produits,
n.heurlin@electroniques.biz - 02.98.27.79.99

Veuillez entrer votre nom et numéro de téléphone.

Pour toute question, merci de nous contacter