« Depuis les trois derniers mois, nous assistons à des hausses prometteuses de la demande »

Le 08/03/2021 à 0:00 par La rédaction

MALGRÉ LE BREXIT ET LE COVID-19, ET QUAND BIEN MÊME LA REPRISE ÉCONOMIQUE NE SERA PAS, SELON LUI, AUSSI RAPIDE EN EUROPE QU’EN ASIE, DANIEL DAHAN RESTE CONFIANT SUR LE LONG TERME. LE DIRECTEUR RÉGIONAL DES VENTES EMEA SUD DU DISTRIBUTEUR FARNELL SOULIGNE PAR AILLEURS LA RELATION ÉTROITE ENTRE LE TÉLÉTRAVAIL, LA 5G, L’IoT ET L’IA.

Daniel Dahan, directeur régional des ventes, EMEA Sud Farnell

« Nous étions déjà bien établis en tant que distributeur en ligne, mais certains marchés ont représenté plus de 80 % des achats sur Internet durant les 10-12 derniers mois. »

Quel a été l’impact du Covid-19 chez Farnell en 2020 ? Comment la société s’est-elle adaptée ?

Daniel Dahan En tant que distributeur mondial avec des activités en Asie, nous étions conscients des problèmes potentiels du Covid-19 à son apparition, mais personne n’aurait pu s’attendre à une telle gravité, ni aux défis de la chaîne d’approvisionnement qu’il a causé aux sociétés et aux clients dans presque tous les secteurs.

Tous les pays ont connu des restrictions dans la capacité de circulation des marchandises. Leur transport a été entravé par les limitations capacitaires de fret aérien : les fabricants ont alors dû utiliser les routes maritimes ou terrestres, allongeant les délais de réception. Le passage au télétravail a également entraîné un changement dans les habitudes d’achat. Nous étions déjà bien établis en tant que distributeur en ligne, mais certains marchés ont représenté plus de 80% des achats sur Internet durant les 10-12 derniers mois. De même, la demande a augmenté en dehors des habituelles plages horaires, les clients étant plus flexibles à domicile.

Chez Farnell, nous sommes rapidement passés au télétravail, et beaucoup de nos équipes travaillent encore ainsi. Ceux travaillant par exemple dans nos centres de distribution (Belgique et Royaume-Uni) bénéficient de mesures de sécurité supplémentaires. Nous avons également adapté la technologie pour maintenir le même service local en ligne que nos clients recevaient en physique. Nos équipes techniques restent disponibles en télétravail, et nos équipes commerciales accueillent virtuellement les clients pour répondre à leurs besoins d’achat.

Comment la société envisage-t-elle l’année 2021 sur les plans interne et commercial ?

Daniel Dahan Nous nous attendons à ce que les gens poursuivent le télétravail, au moins dans la première moitié de 2021, voire au-delà. Dans son ensemble, Farnell possède une approche de la flexibilité à plus long terme ; celle renforcée par le télétravail peut être très utile pour nos employés et l’équilibre entre leur travail et leur vie personnelle. Vaccination aidant, nous espérons revenir à un climat d’affaires plus conforme, avec une reprise de la demande, voire de la croissance sur certains marchés. Le Covid-19, ainsi que le Brexit, continueront, à court terme, d’entraîner des perturbations intermittentes sur la chaîne d’approvisionnement, mais nous prévoyons une stabilisation durant 2021. Nos collègues d’Asie ont connu une reprise très rapide mi-2020, qui ne sera pas du même acabit en Europe. Cependant, depuis les trois derniers mois, nous assistons à des hausses prometteuses de la demande et à un retour à la croissance. L’accumulation de la demande concerne principalement l’Internet des objets industriels, l’automobile et les technologies 5G. Nous sommes assez optimistes sur le long terme : notre investissement important durant la récession – avec notamment un nouveau centre de distribution dernier cri, ou l’apport de millions d’euros d’actions de nos principaux fournisseurs – nous met en bonne position pour profiter rapidement de la reprise et engager une croissance.

Quel sera, selon vous, l’impact du Brexit sur les distributeurs ? Quelles stratégies prévoyez-vous adopter ?

Daniel Dahan Les nouvelles règles du Brexit posent quelques problèmes à court terme, mais nous espérons qu’ils diminueront à mesure qu’elles seront clarifiées et davantage familières aux sociétés. Nous avons revu de nombreux processus transactionnels.

Nos équipes ont reçu une formation appro-fondie pour soutenir l’examen complet de la conformité à l’exportation, requis sur toutes les expéditions entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Elles ont travaillé sans relâche afin d’être prêtes au 1 er  janvier [l’entretien date de fin décembre 2020, N.D.L.R.], et réduire au minimum l’impact du Brexit pour nos clients européens. Nous avons également augmenté le stock des produits les plus prisés dans notre entrepôt belge à Liège. Concernant notre entrepôt au Royaume-Uni, nous continuons à viser la livraison des produits pour le lendemain. Nous prévoyons quelques perturbations causées par les retards douaniers, ou dans le fret routier, spécialement avec les produits lourds et dangereux, mais elles se réduiront au fil du temps. Vu que la grande majorité de nos envois s’effectuent par fret aérien, l’impact pour nos clients sera minime.

La 5G, l’Internet des objets et l’intelligence artificielle sont au cœur de l’actualité technologique. Quelles places ces technologies occupent-elles, et quelles en sont les retombées commerciales ?

Daniel Dahan La 5G, l’Internet des objets (IoT) et l’intelligence artificielle (IA) ont été à l’avant-garde de l’actualité technologique ces derniers mois. Ces tendances se sont accélérées en parallèle de la pandémie, soutenues par le passage au télétravail.

Pour des millions de personnes depuis leur domicile, la connectivité 5G est essentielle pour faciliter les tâches quotidiennes de bureau. Ces technologies le sont également dans les applications de suivi et de traçabilité du Covid-19, comme la surveillance du nombre de personnes dans les espaces confinés, à l’instar des supermarchés : les paiements sans contact – et leur technologie – se sont grandement développés alors que les transmissions d’argent physiques étaient esquivées. De même, en se détournant des transports publics, les particuliers augmentent la demande de solutions de transport personnel, des voitures électriques aux scooters électriques, etc. qui nécessitent toutes ces technologies clés.

Ces technologies concernent également les applications non-Covid. Dans l’automobile, nous voyons une intégration rapide de l’IA : les véhicules détectent les panneaux routiers, d’autres voitures à proximité ou des collisions potentielles avec des piétons, certains disposent de la technologie d’auto-conduite et d’auto-stationnement. La 5G est également capitale pour le développement de ce type de technologies, car la communication et le débit plus rapides qu’elle offre permettront une IA plus efficace dans les voitures et les autres systèmes.

Dans l’industrie lourde également, nous assistons à l’adoption accrue de l’IA et de l’IoT – ou de l’AioT (intelligence artificielle des objets) quand ils sont combinés – pour utiliser des technologies telles que la vision automatique et la maintenance prédictive.

Ils autorisent le tri différencié des objets, l’exécution de contrôles de qualité et de sécurité. Ils discernent et anticipent les défaillances des machines afin d’en planifier la maintenance, le tout sans intervention humaine.

Nous sommes en relation avec certains des plus grands fabricants mondiaux de composants essentiels à l’essor des technologies clés. Il est très excitant d’être en première ligne du développement et de la distribution de ces projets novateurs.

“Nos collègues d’Asie ont connu une reprise très rapide mi-2020, qui ne sera pas du même acabit en Europe. ”

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.