“ L’industrie du câble en proie aux doutes ”

Le 18/12/2019 à 0:00 par La rédaction

PASCAL COUTANCE Directeur de la rédaction

@ D

A vec le Plan France Très Haut Débit lancé en 2013 dans lequel l’État a investi 3,3 milliards d’euros, notre pays se dote d’une infrastructure réseau à très haut débit parmi les plus performantes au monde, puisque l’objectif est de couvrir l’intégralité du territoire d’ici à 2022, dont 80 % des foyers raccordés en fibre optique jusqu’à l’abonné. Mobilisés pour un déploiement rapide de la fibre optique, les industriels du câble en France, représentés par le Sycabel, ont investi 18,5 % de leur CA cumulé (soit 210 M€) pour tenir les objectifs du Plan, avec à la clé la construction de 6 usines supplémentaires sur notre territoire et la création de plus de 700 emplois. Mais ce tableau presque idyllique subit depuis quelques semaines un sérieux revers, les membres du Sycabel constatant une baisse très forte (20%) et très brutale (en quelques semaines seulement) des livraisons de câbles à fibres optiques, une première depuis 2011. Cela alors que les déploiements dans l’hexagone significatif des importations de câbles à fibres optiques provenant d’Asie, et notamment de Chine. Faisant part de sa vive inquiétude (la situation pourrait en effet perdurer une partie de 2020), le Sycabel a alerté les pouvoirs publics, début décembre, sur les risques d’une telle situation : risque de surcapacité pour les industriels nationaux, donc de dégradation de l’environnement industriel ; risque d’installation d’équipements de moins bonne qualité et non conformes au cahier des charges exigé par la réglementation ; risque de mise en place d’un réseau à deux vitesses nécessitant le contrôle des infrastructures. Reste maintenant à trouver des solutions à cette crise qui s’annonce. Le Sycabel s’y emploie, comme nous le verrons dans notre prochain numéro. ¦

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.
Copy link
Powered by Social Snap