La mémoire ne f lanche pas

Le 05/07/2021 à 0:00 par La rédaction

L es mémoires ont toujours formé une catégorie à part au sein des semi-conducteurs. Concentrées entre une poignée de fabricants, elles sont sujettes à des aléas de production cycliques plus violents encore que le reste de l’industrie. Une singularité renforcée par le fait qu’elles reposent sur des technologies extrêmement particulières, comme ces empilements de dizaines de couches de cellules flash, exploit technologique désormais banalisé. Les aléas du marché des mémoires influent fortement sur les ventes globales de composants, à tel point que certains analystes étudient parfois ces ventes « hors mémoires ». Mais le secteur des mémoires, qui connaît actuellement des heures fastes, peut de moins en moins être observé à part, car son poids dans les ventes globales de circuits intégrés ne cesse d’augmenter – il représente aujourd’hui un bon tiers du marché des semi-conducteurs.

Surtout, les mémoires ne sont plus circonscrites pour l’essentiel aux Dram d’ordinateurs : l’explosion des smartphones, la démocratisation du stockage sur mémoire flash Nand (qu’il s’agisse de puces, de cartes mémoires ou de disques durs SSD), la numérisation des voitures et l’appétit insatiable pour les flux de données et de vidéos sont tels que le marché des mémoires concerne désormais toutes les industries consommatrices d’électronique, y compris les domaines automobile et industriel si chers à l’Europe.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.