Marvell boucle le rachat d’Inphi pour 10 Md$

Le 03/06/2021 à 0:00 par La rédaction

LE FABRICANT AMÉRICAIN DE COMPOSANTS RÉSEAUX MET LA MAIN SUR INPHI, SPÉCIALISTE EN INTERFACES ÉLECTRO-OPTIQUES POUR SERVEURS CLOUD ET INFRASTRUCTURES 5G.

Inphi apporte à Marvell des interconnexions optiques véhiculant jusqu’à 400 Gbit/s.

Annoncé en fin d’année dernière, le rachat d’Inphi (solutions d’interconnexion électroniques et optiques) par Marvell Technology, fournisseur de composants pour infrastructures et réseaux, vient d’être bouclé. Les circuits d’amplification linéaire, DSP, pilotes de ligne et modules optiques de connexion pour centres de données et réseaux télécoms d’Inphi, capables de véhiculer 400 Gbit/s, viennent compléter ceux de Marvell qui ciblent les réseaux filaires cuivre dans les réseaux d’entreprises et les automobiles. Concurrent par exemple de Broadcom, Marvell continue donc sa politique de croissance par acquisitions, après le rachat des processeurs réseaux de Cavium en 2018 (6  milliards de dollars), des Asic d’Avera Semi (600 M$) et des circuits Ethernet d’Aquantia (450 M$) en 2019. Il se renforce sur les marchés des réseaux cloud (60% des revenus d’Inphi) et des infrastructures 4G/5G (40%). Marvell pèse un chiffre d’affaires annuel avoisinant les 3 Md$, contre environ 750 M$ pour Inphi.

Pour financer la partie cash de l’opération, estimée au total à environ 10 Md$ en incluant les échanges d’actions, Marvell va emprunter 2 Md$ sur les marchés. Il émet pour cela des obligations réparties sur trois tranches : 500 M$ à 1,65 % échues en 2026, 750 M$ à 2,45 % expirant en 2028 et 750 M$ à 2,95 % à l’horizon 2031. L’acquisition est l’occasion d’un acrobatique montage financier entre le Delaware et les Bermudes, symbole de l’optimisation fiscale poussée dans ses ultimes retranchements.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.