Masques, semi-conducteurs : même combat…

Le 08/03/2021 à 0:00 par La rédaction

PASCAL COUTANCE DIRECTEUR DE LA RÉDACTION

V ous, fidèles lecteurs d’Electroniques, qui suivez de près l’industrie de l’électronique depuis des années, voire des décennies, savez mieux que quiconque que ce secteur est régulièrement ébranlé par des problèmes d’approvisionnement en composants électroniques de toutes sortes (tour à tour en semi-conducteurs, composants passifs, connecteurs, capteurs, etc.) au fil des crises. La récente réaction de Bruno Le  Maire s’offusquant de notre dépendance « excessive et inacceptable » vis-à-vis de l’Asie en matière de composants électroniques – comme si le ministre de l’Économie découvrait cette évidence (ce qui n’est bien sûr pas le cas) – a donc dû quelque peu vous faire sourire. Il faut dire que la pénurie actuelle de semi-conducteurs – conséquence indirecte de la crise sanitaire – cible un secteur phare de l’industrie française et européenne, en l’occurrence l’automobile, au point de ralentir la cadence de production de nombreux constructeurs, dont Renault et Stellantis (ex-PSA) (voir notre article en page 6). D’où le branle-bas de combat initié par le gouvernement ces dernières semaines, qui a notamment mis sur pied une cellule de crise pilotée par Bercy, réunissant acteurs de l’automobile et de l’électronique, pour faire régulièrement le point sur la situation. Après l’épisode des masques il y a maintenant presque un an, celui des vaccins plus récemment, et maintenant avec la pénurie de semi-conducteurs pour l’automobile, la crise du Covid-19 aura au moins eu le mérite de mettre en avant les nombreuses lacunes de notre économie (sans parler de celles de notre système hospitalier). Reste maintenant à les combler. Mais autant il fut assez rapide de remédier à la pénurie de masques en boostant la production locale, autant pour les semi-conducteurs… •

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.