Reformaté, le nouvel Adeunis passe à la vitesse supérieure

Le 18/12/2019 à 0:00 par Didier Girault

Doté d’une panoplie de produits et de services de l’IoT à destination du Smart Building, de la Smart City et de la Smart Industrie, Adeunis entame un nouveau chapitre de son histoire par une accélération des affaires à conclure avec de grands comptes et une augmentation de sa présence à l’international.

L e 31 octobre dernier, Adeu-nis a revendu son activité Vokkero à Vogo au prix de 6,5 millions d’euros. Ce qui lui a permis de régler l’intégralité de ses dettes, de mettre 2,7 millions d’euros de côté et, donc, d’envisager l’avenir sereinement. D’autant mieux que la majeure partie de l’activité du nouvel Adeunis – qui concerne le Smart Building , la Smart City et la Smart Industrie – adresse « un marché arrivé à maturité, de plus en plus demandeur de grands volumes », selon Frank Fischer, le président-directeur général du nouvel Adeunis. Cette entreprise s’appuie aujourd’hui sur 33 personnes – dont le quart en R&D – et a réalisé, au cours de son exercice fiscal 2018-2019 (clos fin mars 2019), un chiffre d’affaires de 6,5 M € : 5,4 M € (+27% par rapport à l’exercice 2017-2018) pour l’activité IoT à destination du Smart Building et des secteurs connexes, et 1,1 M€ pour l’activité historique qui est la commercialisation de modules MtoM – intégrés par les clients dans leurs produits de façon à y ajouter de la connectivité.

Générant, il y a de cela trois à quatre ans, un CA de plus de 2 M €, cette activité a été volontairement réduite par Adeunis, qui l’a restreinte à des livraisons à destination de clients historiques et fidèles, demandeurs de volumes suffisamment conséquents. Elle ne représente plus qu’un CA annuel d’environ 1 M €, « montant qu’on prévoit stable dans les années à venir », indique M. Fischer. Les raisons de ce désengagement partiel sont, d’une part, une volonté de la société de hausser le niveau de son offre, et, d’autre part, une concurrence de plus en plus impitoyable de la part de l’Asie.

L’activité montante d’Adeunis repose sur une offre complète et multi-réseaux de solutions de l’Internet des objets industriels (IIoT). Multi-réseaux car « Adeunis est agnostique en termes de protocoles radio… Nos clients attachent assez peu d’importance à la technologie utilisée, ce qu’ils veulent c’est que celle-ci satisfasse l’intégralité de leurs besoins », pointe ainsi M. Fischer. Dans la pratique, Adeunis propose des solutions reposant sur le sans-fil bas débit et longue portée (LPWan avec Sigfox, Lora, Wireless MBus), ainsi que des solutions utilisant – déjà– les réseaux 4G adaptés à l’IoT (NB-IoT et LTE-M1). Il y a environ un an, en association avec Orange, Adeunis a, par exemple, mis au point un système de détection de présence et d’identification des personnes et objets (identification d’humains, d’animaux, de véhicules ou de trains) pour surveiller les entrées des tunnels SNCF. La solution retenue utilise le réseau LTE-M1 d’Orange ainsi que des capteurs de sons et d’images permettant d’obtenir une vue en temps réel de ce qui se passe à l’entrée du tunnel. « Nous sommes en phase de réflexion avant expérimen-tation en ce qui concerne les réseaux 5G », indique le président-directeur général. « La raison d’être de la société est de proposer des solutions de transport des données satisfaisant les clients, que ce soit à partir de réseaux privés ou de réseaux publics », ré-insiste-t-il. Cela intervient dans un contexte de développement attendu du marché : « aujourd’hui, les offres de produits arrivent à maturité et les réseaux affichent des couvertures conséquentes ; ce qu’il faut maintenant, ce sont des cas d’usage avec des demandes de grandes séries », estime le président-directeur général. Et de préciser : « il apparaît que ce sont surtout des gros donneurs d’ordres qui sont en demande de produits utilisant les nouveaux réseaux cellulaires… Or, ces donneurs d’ordres se caractérisent par des besoins de produits spécifiques ». D’où la stratégie d’Adeunis : proposer aux clients des ensembles à multiples possibilités, « façon couteau suisse », puis travailler de concert avec eux à la définition de produits répondant parfaitement à leurs besoins.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.
Copy link
Powered by Social Snap