Un projet de recherche européen pour prévenir les failles des objets connectés

Le 18/12/2019 à 0:00 par Jacques zzSUEAYGhcIE

Ce projet débutera en avril 2020 et durera trois ans. Son objectif : développer un processus automatisé opérationnel pour diagnostiquer et prévenir les défaillances et défauts de composants électroniques.

= Il regroupe, autour d’Infineon Technologies, coordinateur du projet, des partenaires venus d’Allemagne, France, République Tchèque, dont STMicroelectronics, Bosch, des PME, Fraunhofer IMWS, l’université de Stuttgart, l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne et l’Ecole des Mines, partenaire de long terme de STMicroelectronics.

L ‘École des Mines de SaintÉtienne s’engage dans le projet collaboratif européen « Failure Analysis 4.0», consacré à la prédictibilité des défaillances lors de la production des puces et systèmes électroniques.

Porté par STMicroelectronics (France) et Infineon Technologies (Allemagne) autour d’un consortium de 14 partenaires industriels et académiques européens, ce projet débutera en avril 2020 et durera trois ans. Son objectif : développer un processus automatisé opérationnel pour diagnostiquer et prévenir les défaillances et défauts de composants électroniques de plus en plus complexes, notamment en microélectronique et en Internet des objets (IoT).

L’École des Mines de Saint-Étienne apporte dans ce projet l’expertise des chercheurs de l’Institut Henri Fayol, à la confluence entre génie industriel et techniques de machine learning . Leurs connaissances pointues en big data, mathématiques appliquées, analyse des données, méthodes statistiques et algorithmes d’appren-tissage contribueront à déve-lopper une génération d’outils et de procédures de diagnos-tics et à créer des algorithmes intelligents pour l’identification et la catégorisation des défauts. L’enjeu est de réduire les défaillances en production grâce à des approches prédictives et d’anticipation, avec des impacts économiques importants pour l’industrie de la microélectronique. D’un budget total de 11,2 M€ dont 382 000 € pour Mines Saint-Étienne, « Failure Analysis » est financé par le programme Eureka/Penta Euri-pides et coordonné par Xavier Boucher, directeur de recherche à l’Institut Henri Fayol (équipe LIMOS-CNRS).

l regroupe, autour d’Infineon echnologies, coordinateur du projet, des partenaires venus d’Allemagne, France, République Tchèque, dont STMicroelectronics, Bosch, des PME, Fraunhofer IMWS, l’université de Stuttgart, l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne et l’École des Mines, partenaire de longue date de STMicroelectronics.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.
Copy link
Powered by Social Snap