Un retour à 2% du PIB dans la défense est attendu d’ici 2022

Le 29/05/2017 à 0:00 par Jacques zzSUEAYGhcIE

Si cet objectif est tenu par le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, cela traduirait une hausse du budget de défense de 40% au cours des cinq prochaines années.

< Le ministère de la Défense a récemment commandé à Nexter Systems, Renault Trucks Defense et Thales les premiers véhicules blindés Griffon et Jaguar dans le cadre du programme «Scorpion» de renouvellement des capacités de combat de l'Armée de terre.

C omme l’ont encore demandé récemment les industriels français de la défense, le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, avait promis, durant sa campagne électorale, un retour à 2% du produit intérieur brut consacré à ce secteur d’ici 2022. Une promesse qu’il semble prendre très au sérieux comme l’a montré sa remontée des ChampsÉlysées dans un véhicule militaire VLRA (Véhicule léger de reconnaissance et d’appui).

Au-delà de l’engagement que cela représente, l’augmentation du budget de la Défense est un impératif jugé indispensable pour préserver les emplois dans le secteur et sécuriser l’avenir d’une industrie fonctionnant sur le long terme. C’est aussi un impératif pour garantir la sécurité intérieure et pour répondre à l’émergence de menaces multiples. Si cet objectif est tenu, cela traduirait une hausse du budget de défense de 40% au cours des cinq prochaines années.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.