ResearchAndMarkets prévoit une croissance de 14,8% jusqu’à 2026 pour l’encapsulation en couche mince des Oled

Le 27/04/2021 à 9:07 par Arnaud Pavlik

Stimulée par la demande électronique grand public, la diode électroluminescente organique flexible (Oled) est promise à un grand avenir auprès des acheteurs et de l’industrie. Sa fabrication obéit néanmoins à des contraintes que l’encapsulation en couche mince peut lever. Son taux annuel de croissance (TDAC) devrait ainsi atteindre 14,8% selon le cabinet d’études ResearchAndMarkets.

Procurant une grande qualité d’affichage (couleurs vives et facteur de forme mince), la diode électroluminescente organique à matrice active et flexible (Amoled) progresse dans la télévision Oled, les appareils mobiles et les montres intelligentes, et sera bientôt partie intégrante des marchés de consommation. Avec sa robustesse et sa polyvalence, l’Amoled promet d’être l’écran de référence. Sa réalisation rencontre pourtant des difficultés sur les substrats en plastique. Par exemple, l’encapsulation en couche mince (TFE) suppose le plus grand niveau de protection contre l’humidité et la pénétration d’oxygène dans les appareils électroniques, forçant son déploiement. Ainsi, le cabinet d’études irlandais ResearchAndMarkets lui prévoit-il un TDAC de 14,8%.

Plus précisément, la qualité première de la TFE est l’obtention d’un faible WVTR (taux de transmission de la vapeur d’eau) avec moins de couches, celles d’ALD/MLD (dépôt de couche atomique/dépôt de couche moléculaire) ayant une intégrité de film beaucoup plus acceptable. Seul écueil, le faible débit et l’évolution limitée du MLD/Processus ALD contraignant davantage la fabrication du TFE sur une application Oled de grande surface et flexible.

L’Asie-Pacifique devrait connaître le taux de croissance le plus élevé, en raison de la part de marché déjà importante des TFE ainsi que de l’essor des industries de l’électronique et des semi-conducteurs, spécialement en Chine. Les mesures gouvernementales incitatives des pays de l’Asie-Pacifique entrent en ligne de compte, d’autant que la Chine, l’Indonésie, la Corée du Sud, le Japon et Taïwan ont stimulé la croissance des TFE avec la fabrication graduelle de panneaux solaires.