Eric Burnotte est reconduit président du Snese pour deux ans

Le 17/11/2021 à 10:13 par Arnaud Pavlik

Le Syndicat National des Entreprises de Sous-traitance Electronique (Snese) a prorogé de deux ans le mandat de son président Eric Burnotte.

En octobre dernier, l’assemblée générale qui avait réuni la centaine de membres adhérents du Snese avait élu son comité directeur. Celui-ci avait vu une grande part de l’équipe dirigeante déjà présente en 2020 réélue. Le 10 novembre, le syndicat a reconduit à sa tête Eric Burnotte pour deux ans, et en a profité pour « remercier Richard Crétier qui a œuvré au développement du syndicat depuis son origine, plus de deux décennies auparavant, faisant valoir ses droits à la retraite, avant de passer le relais à Jean-François Maire en 2021 ».

Enfin, le Snese a rappelé ses différentes missions et actions : « le syndicat s’attache à défendre les intérêts de ses adhérents au travers d’actions de rassemblement et de représentation face à leurs écosystèmes en démontrant notamment l’importance grandissante de l’électronique dans la vie quotidienne de tous nos concitoyens.

Participant activement à des instances élargies comme la Fieec (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication qui rassemble 27 organisations professionnelles des industries électriques, électroniques et numériques) ou le CSF (Comité Stratégique de la Filière Electronique, missionné pour identifier de façon convergente les enjeux clés de la filière et les engagements réciproques de l’État, des régions et des industriels, afin d’émettre des propositions d’actions concrètes et de suivre leur mise en œuvre), l’organisation œuvre pour développer l’attractivité des métiers et démontrer tout le potentiel de cette filière dont les résultats visibles ces derniers mois se traduisent bien par l’intérêt croissant des industriels des filières utilisatrices automobile, aéronautique, énergies, médicale, industrie, … mais aussi des autorités, à l’industrie électronique, après des décennies d’abandon. Les domaines de la transition énergétique et environnementale, de l’électromobilité, de la sécurité informatique ou alimentaire, du vieillissement de la population en bonne santé, sont autant de sujets qui dépendent fortement d’innovations, intégrant immanquablement une grande part d’électronique. Cela représente des défis d’investissements tant matériels qu’humains que nos industriels adhérents, convaincus de leur contribution en valeur ajoutée à ce mouvement, sont prêts à relever ».