Selon Supplyframe, les pénuries de composants électroniques persisteront au moins jusqu’en 2023

Le 09/11/2021 à 11:40 par Arnaud Pavlik

Supplyframe a dévoilé les résultats de son dernier rapport trimestriel Commodity Intelligence. Il apporte un éclairage sur le marché (prix, délais, demande, etc.) de l’industrie électronique, marquée par la pénurie de semi-conducteurs et d’autres composants électroniques. Malgré les mesures prises pour limiter les effets de la crise, plusieurs grands fabricants de composants ont augmenté leur production « sans grand succès, puisque la pénurie est loin de prendre fin à court terme » . Selon le rapport de Supplyframe, « les pénuries persisteront jusqu’en 2022 et le marché des puces ne retrouvera son équilibre entre l’offre et la demande qu’à partir de 2023 ».

Les délais de livraison pour les composants « à haut risque » ont enregistré une hausse de 55% en glissement trimestriel, après avoir doublé au 3e trimestre, tandis que « 66% des indicateurs tarifaires devraient également augmenter ». Supplyframe se désole d’une demande « si forte et le retard dans les commandes des fabricants et des supply chains si important qu’il est pratiquement impossible d’y répondre rapidement. En outre, les pénuries de matières premières et de main-d’œuvre ainsi que les hausses de prix sont de plus en plus fréquentes, alors que la demande du marché continue de se multiplier ».

Concernant les types de composants, presque tous ont fléchi, que ce soit au niveau de la phase de conception ou au niveau productif entre le 2e et le 3e trimestre 2021. Les baisses les marquantes se retrouvent du côté des oscillateurs (-22% pour la période mentionnée), suivis des circuits logiques programmables (-20%) et des dispositifs optoélectroniques avec -17%. Cependant, eu égard à la situation entre le 3e trimestre 2020 et le 3e trimestre 2021, « la dynamique du marché repasse au vert ». Ainsi, les filtres enregistrent la plus forte hausse, +34% en glissement annuel, suivis des transformateurs (+33%) et des connecteurs avec +30%.

Sur le sujet épineux de la demande, certains composants restent fortement recherchés, contrariant davantage les chaînes d’approvisionnement. Parmi eux, entre le 2e et le 3e trimestre, les plus fortes augmentations concernent les dispositifs à fibre optique (+22%), les composants discrets (+15%) et les composants logiques standard (+13%). Sur l’année, les chiffres sont éloquents avec 166 % de hausse pour les microcontrôleurs et microprocesseurs, suivis par les composants logiques standard (+124 %) et les composants analogiques avec +121 %.