Une nouvelle ligne de galvanoplastie chez Egide aux Etats-Unis

Le 14/09/2021 à 11:13 par Arnaud Pavlik

Le Français Egide a annoncé avoir achevé les travaux de rénovation de sa ligne de galvanoplastie sur son site de Cambridge, Maryland, aux Etats-Unis. Cette installation fournit des services de dépôts électrolytiques d’or, d’étain et de cuivre ainsi que de dépôts d’or et nickel chimique. Outre de nouveaux équipements, elle est dotée de quatre lignes de production spécifiques aux besoins des clients.

Le spécialiste de la fabrication de boîtiers hermétiques et des solutions de dissipation thermique pour composants électroniques sensibles Egide a présenté sa nouvelle ligne de galvanoplastie sur son site américain de Cambridge. Elle produit des services de dépôts électrolytiques d’or, d’étain et de cuivre, mais également de dépôts d’or et nickel chimique. Egide parle « de nouveaux équipements de traitement des eaux usées, d’équipements d’analyse en laboratoire et d’épurateurs de fumées respectueux de l’environnement ». Le Français insiste sur ses quatre lignes distinctes de production s’adaptant aux différents besoins clients.

La première ligne, avec des produits chimiques alcalins et acides, nettoie des composants métalliques comme l’acier laminé à froid,  (normé ASTM F-15), l’acier inox et d’autres alliages de cuivre. La deuxième ligne est considérée comme la plus importante : elle fournit les traitements de surface comme la galvanisation au nickel électrolytique, au nickel chimique, ainsi que la galvanisation électrolytique sélective d’or. La troisième ligne est dédiée au traitement au cuivre et à l’étain. Selon Egide, « le traitement de surface à l’étain est une finition mate pure, qui peut être polie par brillantage au moyen d’un procédé exclusif d’Egide ». Enfin, la dernière ligne autorise le traitement de surface par nickel boron et d’or chimique : « cette technologie spécialisée de galvanisation est appliquée à notre céramique cofrittée cuite à haute température ».

Rappelons que le 3 juillet 2020, cette usine avait subi les affres d’un incendie qui avait essentiellement touché le toit et l’atelier de traitement de surface.