Electronique imprimée : Arkema coordonne un projet européen sur les étiquettes intelligentes

Le 20/04/2021 à 19:40 par Jacques zzSUEAYGhcIE
Arkema

L’étiquette de capteur de chocs intelligente fabriquée avec le matériau Piezotech d’Arkema pourrait trouver de nombreuses utilisations à court terme.

Le projet européen Supersmart financé par l’EIT (Institut Européen d’Innovation et de Technologie) et coordonné par Arkema avec dix  partenaires(*) a remporté le prix du concours 2021 « Organic Electronics Association » pour le meilleur démonstrateur de projet collaboratif. Ce projet amène jusqu’à la phase industrielle la technologie émergente de l’électronique organique imprimée sur papier.

Deux démonstrateurs innovants ont été conçus et produits à l’échelle pilote : une étiquette « intelligente » comprenant un capteur de détection de chocs basé sur le matériau piézoélectrique Piezotech d’Arkema et une étiquette anti-contrefaçon intelligente – incluant des pistes conductrices et des écrans électrochromiques directement imprimés sur papier. Les informations captées par les deux composants peuvent être lues simplement sur une application de téléphone portable. En parallèle, les études de cycles de vie et de recyclabilité ont montré l’avantage écologique de ces nouvelles solutions.

L’étiquette de capteur de chocs intelligente fabriquée avec le matériau Piezotech pourrait trouver de nombreuses utilisations à court terme : dans l’emballage, pour les produits de luxe, les produits pharmaceutiques ou médicaux, afin de mesurer les chocs, vibrations ou chutes durant leur expédition ; intégrée sous les moquettes, les dalles ou les parquets pour la détection de chutes ou de mouvements anormaux des patients dans les hôpitaux et les maisons de retraite ; dans les véhicules pour le suivi des accidents, ou dans l’armée pour la détection des chutes et des impacts ; ou encore dans les sols des bureaux et centres commerciaux, pour compter les personnes et détecter leurs mouvements afin d’ajuster l’éclairage, la climatisation ou le chauffage.

“Les travaux collaboratifs dans le cadre de Supersmart et cette reconnaissance par la communauté de l’électronique organique ouvrent la voie à une nouvelle électronique respectueuse de l’environnement et à de très nombreuses nouvelles applications pour nos matériaux piézoélectriques”, a déclaré Fabrice Domingues Dos Santos, responsable de développement des produits piezotech et coordonateur de Supersmart.

(*) Les dix autres partenaires au projet sont des instituts de recherche d’une part – le CEA et le CNRS (laboratoires publics de recherche français), FCT (Université sciences et technologies au Portugal), Fraunhofer (Institut allemand spécialisé dans la recherche en sciences appliquées), Joanneum Research (Institut de recherche autrichien), VTT (Centre de recherche technique en Finlande) – et des partenaires industriels et PME d’autre part : Coatema (fabricant allemand d’équipements d’impression et de laminage), Arjowiggins (papetier, spécialiste du recyclage papier) et Luquet & Duranton (imprimeur français de papeterie médicale et administrative).