« Le plan Beffa fait fausse route »

Le 28/04/2005 à 0:00 par Jacques zzSUEAYGhcIE

« Les grands programmes ne sont plus la réponse adéquate à nos difficultés industrielles car, si les marchés d’hier pouvaient se décider entre pairs sortis des grandes écoles, ceux d’aujourd’hui dépendent des humeurs du citoyen de base et de ses aspirations », estime André-Yves Portnoff, du groupe “ Futuribles ”(1).

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.