L’essentiel de l’actualité du 6 au 11 avril 2021

Le 12/04/2021 à 7:57 par Frédéric Rémond

 

En dépit des ambitions régulièrement affichées par l’Union européenne, l’indépendance stratégique du Vieux continent en matière de microélectronique de pointe semble désormais un voeu pieux tant s’avèrent énormes les investissements qui seraient nécessaires au rattrapage des fondeurs et fabricants gravant des circuits en 10nm et en-deça. En revanche, les acteurs européens ont leur carte à jouer sur des technologies peut-être moins flashy, mais tout aussi stratégiques. C’est le cas de l’électronique de puissance, dont la récente Journée technique de l’électronique, co-organisée par Acsiel et le magazine Electroniques, a rappelé l’importance. Pour un véhicule électrique, le coût de l’électronique de puissance est équivalent au prix d’un moteur essence complet pour un véhicule thermique : d’ici dix ans, cela représente un chiffre d’affaires européen de plus de dix milliards d’euros, auquel il convient d’ajouter les débouchés de l’électronique de puissance dans bien d’autres secteurs (industriel, grand public, aéronautique, etc.).  Les fournisseurs européens s’avèrent bien placés dans ce domaine, y compris dans les technologies émergentes comme le nitrure de gallium (GaN) et le carbure de silicium (SiC). A défaut de savoir graver des processeurs dernier cri, l’Europe pourrait donc au moins se charger de les alimenter.