Les imageurs de Samsung en tiennent une (troisième) couche

Le 09/03/2018 à 8:59 par Frédéric Rémond

Suivant l’exemple de Sony, le sud-coréen empile une mémoire Dram entre le capteur et le circuit de traitement du signal de ses derniers imageurs pour smartphones.

Samsung étend sa famille d’imageurs Isocell avec le Fast 2L3, un modèle empilant un capteur à douze millions de pixels, une mémoire Dram LPDDR4 de 2Gbits et un processeur d’images, à l’instar de ce qui existe chez son concurrent Sony. L’addition de la mémoire Dram accélère considérablement la transmission et le traitement des données et permet par exemple d’enregistrer des vidéos à 960 images par seconde et d’améliorer la réduction de bruit. Le capteur utilise des photosites de 1,4µm de côté et bénéficie de la technologie d’autofocus à détection de phase de Samsung.