Dreem, le bandeau qui endort et assure un sommeil réparateur

Le 27/06/2017 à 9:49 par Didier Girault
Rythm

Mis au point par Rythm, ce dispositif analyse les ondes cérébrales et agit via des stimulations sonores sur l’activité cérébrale du sujet de façon à hâter l’endormissement de ce dernier ainsi qu’à lui assurer un sommeil réparateur.

La start-up Rythm, qui est une entreprise spécialisée en neuro-technologie, basée à Paris et à San Francisco, a mis au point le Dreem, un dispositif qui mesure et analyse l’activité cérébrale de son porteur et émet des stimulations sonores fonction de cette analyse et ayant pour but de faciliter l’endormissement du sujet, de lui assurer un sommeil de qualité ainsi qu’un réveil au moment le plus approprié – fonction des contraintes sociales et des rythmes biologiques de ce dernier.

Le Dreem est un bandeau à base de textiles souples et élastiques. Il inclut sur ses faces avant et arrière, des capteurs EEG (pour l’électroencéphalographie) qui captent les ondes cérébrales et les analysent.
Le bandeau inclut aussi un pulse oxymètre et un accéléromètre pour le suivi du rythme cardiaque, de la respiration et des mouvements du dormeur.

A l’avant du bandeau se trouve un émetteur audio qui délivre des sons transmis au dormeur via conduction osseuse.
Le Dreem fonctionne en liaison avec un smartphone et une application sur smartphone (pour système d’exploitation iOS ou Android) pour l’obtention des analyses de la qualité du sommeil ainsi que des suggestions pour l’amélioration du sommeil.

Le design du bandeau a été confié à Fuseproject, un studio dirigé par un designer de renom : Yves Behar. Ce qui fait que le bandeau est très confortable à porter et d’esthétique soignée. A noter que le Dreem inclut également une barre tactile pilotant le téléphone à distance.

Des stimulations sonores pour améliorer l’endormissement, le sommeil et le réveil

Ce système diffuse des programmes sonores, synchronisés avec l’activité cérébrale et l’activité corporelle du porteur, destinés à relaxer et à endormir ce dernier.
Durant le sommeil du dormeur, le Dreem diffuse aussi des stimulations sonores visant à améliorer la qualité du sommeil profond de celui-ci.
Enfin, Dreem commande l’alarme de réveil de façon à ce que ce réveil soit le plus proche possible d’un réveil naturel.

Via l’application sur smartphone, le dormeur peut, au réveil, découvrir la qualité de son sommeil (scores, visuels).

Pour réaliser ce produit, Rythm a mis 3 ans. La start-up a levé des fonds (22 millions de dollars au total) auprès de Xavier Niel (télécoms), de Laurent Alexandre (fondateur de Doctissimo) et de la MAIF (assurances).
Dreem est d’ores et déjà disponible en précommande (voir https://dreem.com). Les livraisons sont prévues pour le début de l’automne prochain.