Une application sur smartphone pour détecter les commotions cérébrales

Le 27/06/2017 à 9:37 par Didier Girault
Brightlamp

La start-up Brightlamp a mis au point un dispositif qui utilise le flash et la caméra du smartphone. La lumière du flash est dirigée vers l’œil de la personne et les données issues de la caméra sont analysées de façon à déterminer s’il y a eu ou non commotion.

Les sports violents (boxe, rugby, football américain…) et les accidents de la route sont les principales causes de commotions cérébrales.
Le problème est que ces commotions n’occasionnent pas toujours des symptômes remarquables (évanouissement, perte d’équilibre, perte de mémoire, migraine). Or, si un deuxième accident cérébral survient peu de temps après le premier, il est à craindre de sérieux problèmes « nerveux » (dépression, etc).

L’un des moyens de détecter la commotion est le changement observé dans le comportement de la pupille de l’œil si on soumet ce dernier à une lumière crue.
Normalement, sous l’effet d’une forte intensité lumineuse, la pupille rétrécit ; mais, en cas de commotion cérébrale, la pupille demeure dilatée.
C’est en partant de ce symptôme que la start-up Brightlamp (université de Purdue, Indiana, Etats-Unis) a mis au point un dispositif de détection des commotions cérébrales utilisant un smartphone et une application dédiée.

Dans la pratique, la lumière issue du flash du smartphone est dirigée vers l’œil de la personne suspectée de commotion et la caméra filme la réaction de la pupille.
Les données issues de la caméra sont ensuite traitées via un programme adapté qui sait détecter une commotion.

Ce test a le mérite d’être très rapide. Et Brightlamp annonce qu’il est fiable à 98% !
Le dispositif en question n’est toutefois pas encore commercialisé.