L’électronique biodégradable table sur le blanc d’œuf

Le 22/06/2016 à 9:32 par Didier Girault
American Chemical Society

Des chercheurs chinois ont mis au point une résistance dotée d’effet mémoire à partir de blanc d’œuf et d’électrodes de magnésium et de tungstène.

L’électronique biodégradable intéresse des implants médicaux provisoires (capteurs, pompes miniatures dédiées à la délivrance de médicaments…). Elle devrait prendre aussi de l’importance pour des raisons écologiques.

En tout cas, des chercheurs chinois ont mis au point une résistance dotée d’un effet mémoire, à partir de blanc d’œuf et d’électrodes en magnésium et en tungstène, le tout étant posé sur un substrat de silicium.
Ils ont baptisé ce dispositif «memristor ».
Celui-ci a fonctionné durant trois mois dans l’atmosphère sèche du laboratoire. Et il s’est dissous dans l’eau en 10 heures.

Ces travaux ont été financés par le National Natural Science Foundation of China et par le Research Fund for the Doctoral Program of Higher Education of China.