Processeurs réseaux : le duel Intel-AMD monte en intensité

Le 05/07/2021 à 12:00 par La rédaction

STRATÉGIQUES ET RÉMUNÉRATEURS, LES PROCESSEURS RÉSEAUX, JUSQU’ICI PRÉ CARRÉ D’INTEL, SONT DÉSORMAIS L’OBJET D’UNE BATAILLE RANGÉE AVEC AMD QUI GRIGNOTE DES PARTS DE MARCHÉ SUR LE DOS DU LEADER. L’OCCASION D’UN TOUR D’HORIZON DES DERNIERS MODÈLES LANCÉS PAR LES DEUX CONCURRENTS.

Avec sa troisième génération de processeurs Epyc, AMD promet un gain de 19 % en nombre d’instructions traitées par cycle d’horloge.

Le marché des serveurs de données est actuellement très dynamique, porté par l’envolée des débits de données (démocratisation de la fibre optique, arrivée de la 5G) et par le travail et l’enseignement à distance imposés par la pandémie. Pour autant, c’est un marché stable en matière d’architectures : vu le prix des équipements et leur longévité espérée, les fabricants d’équipements réseaux restent le plus souvent fidèles à leurs fournisseurs habituels. La forte progression actuelle des ventes de processeurs réseaux estampillés AMD est donc à relativiser. Intel continue de dominer ce marché de la tête et des épaules. D’après une récente étude de la société d’analyse Mercury Research, Intel en détenait 92,9 %, contre 7,1 % pour AMD. Mais AMD ne pesait que 4,5 % un an auparavant, ce qui montre l’impact fort de ses processeurs réseaux Epyc dans ce qui était jusqu’à présent un pré carré réservé à Intel. Une concurrence renouvelée qui bénéficie avant tout à leurs clients, puisqu’elle tend à faire baisser les prix – Intel n’hésitant pas à contre-attaquer en diminuant ses tarifs sur un secteur où les marges sont traditionnellement élevées – tout en stimulant l’innovation technologique. Le dernier round en date marque l’arrivée de nouvelles générations de processeurs réseaux chez les deux rivaux, à savoir les Epyc Milan chez AMD et les Xeon Ice Lake SP chez Intel.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.