Un syndicat, deux crises et cinq distributeurs

Le 05/07/2021 à 13:00 par La rédaction

CINQ DISTRIBUTEURS SE PRÉSENTENT ET NOUS EXPOSENT LEURS VISIONS DE L’ADAPTATION AUX MARCHÉS, AVEC EN ARRIÈRE-PLAN LES CONTRAINTES APPORTÉES PAR LE COVID, LA PÉNURIE DE COMPOSANTS, LES CONTREFAÇONS ET LES COÛTS DE TRANSPORT.

Après un effondrement lors du 2 e  trimestre 2020 (0,78) correspondant au premier confinement, le book-to-bill du marché de la distribution française est clairement remonté au 4 e  trimestre (1,16), pour atteindre 1,56 au 1 e  trimestre 2021.

Pour ce dossier consacré à la distribution, nous 450000 nous sommes attachés à recueillir des informations sur la nature des moyens utilisés par 400000 des sociétés pour s’adapter à l’évolution des marchés. 350000 Ces derniers concernent les composants actifs et passifs, la 300000 connectique et les câbles, l’électromécanique, l’énergie, ainsi que les systèmes embarqués.

250000 Afin de mieux représenter l’ensemble de la profession, les distributeurs qui ont répondu à nos questions affichent des tailles différentes. Distributeurs ou  distributeurs-représentants, ils ont pour nom DEL, Avnet Silica, Manudax, Milexia et Steliau Technologies. Le dossier s’ouvre avec le SPDEI que nous remercions pour ses données chiffrées et qui nous présente une vue générale de la distribution.

Quels sont les ressentis majeurs exprimés par ces distributeurs à l’heure où les besoins en électronique augmentent et les délais de time to market diminuent ? On note une hausse très sensible des offres de services et de solutions personnalisées, s’accordant mal avec l’automatisation à outrance.

L’adaptation aux différents marchés couverts par les distributeurs est perturbée par la crise sanitaire et par la crise des composants. Si la première semble en passe de se résorber dans un avenir plus ou moins proche, elle fait émerger des questionnements quant à l’équilibre entre travail présentiel et distanciel.

La seconde crise fait apparaître une communication parfois défaillante entre distributeurs, fabricants et clients, perturbant le suivi des approvisionnements et augmentant les risques de contrefaçons. Un suivi plus précis à travers l’automatisation des échanges se généralise via les API, mais les petites entreprises peinent encore à en bénéficier. Enfin, certains relèvent l’explosion des coûts de transport, notamment aériens.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.