+14,6% pour la distribution européenne de semi-conducteurs industriels en 2017

Le 13/02/2018 à 8:06 par Didier Girault
DMASS

Au 4ème trimestre 2017, ce marché a progressé de 11,6% sur un an, atteignant 2,01 milliards d’euros, selon DMASS. Pour l’ensemble de 2017, il a représenté 8,5 milliards d’euros.

L’an passé, le marché européen de la distribution de semi-conducteurs industriels (hors composants pour PC) a progressé de 14,6% par rapport à 2016, à 8,5 milliards d’euros, selon DMASS (Distributors and Manufacturers Association of Semiconductor Specialists). Cet organisme rappelle qu’il représente quelque 80 à 85% du DTAM (Distribution Total Available Market) européen du semi-conducteur.

Cette hausse est due à une forte demande en provenance de tous les secteurs industriels, à une électronisation croissante des applications ainsi qu’à une augmentation des prix, elle-même conséquence d’une pénurie de composants. La progression des ventes a toutefois fléchi au quatrième trimestre : le marché n’a en effet progressé que de 11,6% à 2,01 milliards d’euros.

+20,8% pour les pays nordiques au 4ème trimestre

L’analyse par régions des résultats du quatrième trimestre 2017 révèle des croissances sur un an fortes dans les pays nordiques (+20,8% à 184 millions d’euros), dans les pays de l’Est (+12,4% à 316M€) et en Italie (+13,8% à 170M€).
L’Allemagne affiche, quant à elle, une croissance dans la moyenne européenne : +11,7% à 597M€. Pour les autres pays, DMASS annonce : +9,8% à 143M€ pour la France et +5,3% à 142M€ pour le Royaume-Uni. « Le glissement de l’Ouest vers l’Est continue. La part de l’Allemagne est ainsi passée de 34% dans le passé à 30% aujourd’hui », constate Georg Steinberger, le président de DMASS.

Au plan des produits, les plus fortes hausses ont été pour les composants de puissance (+23,9% à 209M€), les mémoires (+18% à 170M€) et les composants optoélectroniques (+14,5% à 211M€). DMASS annonce aussi des progressions de 9,9% pour les microcontrôleurs MOS (424M€), de 8,5% pour les circuits analogiques (571M€) et de 1% pour les réseaux logiques programmables (139M€).

Pour l’ensemble de 2017, les produits stars ont été les transistors FET et les microcontrôleurs haut de gamme, selon l’organisme.